La Nouvelle Tribune

Lancement de la campagne électorale pour la présidentielle: l’Un veut défier Yayi avec «sa Lepi»

Espace membre

En dépit de l’incertitude autour de la liste électorale et du souhait de la majorité des candidats de voir l’élection reportée, la Commission électorale nationale autonome(Cena) a lancé la campagne pour ce vendredi 18 février 2011. Si à l’Union fait la nation(Un), on dénonce ce coup de force et une tentative de fraude organisée, on est prête à aller au combat et défier Yayi avec «sa Lepi». Branle bas vendredi dernier à la direction de campagne de l’Un. Du retour d’une marche musclée sur la Cour constitutionnelle- accusée d’intelligence avec le pouvoir de Yayi-par ses nombreuses décisions, l’ex-présidente de la Renaissance du Bénin l’honorable Rosine Soglo a dénoncé les manèges du pouvoir pour gagner frauduleusement les élections. Sans ambages, elle a dénoncé une Lepi recéleuse de la fraude et a osé dire que Boni Yayi va gagner l’élection au premier tour avec 56% du suffrage si on maintenait cette Lepi. Cette information a créé la psychose dans le rang des milliers de militants de cette coalition politique de l’opposition. Surtout que la veille, le candidat unique de l’Un et dix autres candidats, soit onze sur les quatorze en lice, ont demandé le report du scrutin afin de donner le temps à la Cps, la Mirena et la Cena de parfaire les choses et disposer d’une liste électorale fiable. Et les interpellations pleuvent de partout, émanant de militants inquiets qui voulaient savoir si l’Un n’ira pas aux élections. Mais rien de cela en réalité. Irritée et encore sous le coup de la sédition parlementaire de l’opposition contre les diktats de son président Mathurin Nago, la doyenne des députés a voulu rester un peu dans cette tendance. Elle veut jouer à faire peur aux autorités afin d’obtenir le retrait d’une «Lepi bâclée et tronquée». L’incident passé, on a réfléchi à la nouvelle stratégie de campagne. En fait, l’Un semble bien se préparer aux deux options. Le mot d’ordre, si la pression ne marche pas toujours, est de battre Yayi avec la Lepi. «Nous allons à une campagne de dénonciation. «Nous allons dénoncer partout l’exclusion de milliers de nos militants et susciter une vengeance contre l’auteur de cette exclusion qui va se manifester à travers les urnes », fulmine un responsable de l’Un. L’honorable Saka Fikara, un cacique de la coalition n’a pas hésité à déclarer ce week end lors d’une tournée du candidat unique me Adrien Houngbédji dans la vallée de l’Ouémé, «nous irons aux élections et nous allons vous battre avec votre liste ». Allusion aux membres de la mouvance présidentielle. «Ils vont ralentir la victoire mais ne pourront jamais l’arrêter», souffle un autre. Le week end a été utilisé à merveille pour occuper le terrain. Et, auréolée par la multiplicité de ses soutiens et l’influence des leaders qui la composent, l’Un ratisse large pour une victoire certaine.