La Nouvelle Tribune

Les députés dénoncent la violation de la loi

Espace membre

(Ils rendent responsable la Cour constitutionnelle)

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale André Dassoundo et ses collègues de l’opposition à savoir Sacca Fikara, Ismael Tidjani Serpos, Timothée Gbèdiga, Eric Houndété ont organisé hier à l’Assemblée nationale, une conférence de presse suite à l’altercation survenue hier à l’hémicycle, pour fustiger le comportement du président de l’Assemblée nationale Mathurin Nago et le président de la Cour constitutionnelle Robert Dossou suite à la violation répétée respectivement du règlement intérieur et de la Constitution.

« La situation est grave, le règlement intérieur est bafoué suite à l’autorisation du président de la Cour constitutionnelle et on peut tenir des séances sans secrétaires parlementaire sous prétexte que la Cour l’a demandée» a déclaré d’entrée le président André Dassoundo pour montrer comment le président de cette haute institution est le principal auteur des troubles qui s’observent aujourd’hui. Il a déploré le fait que le président Nago ait ordonné à ses gardes de brutaliser un collègue. Pour lui, c’est un précédent grave et il ajoute en disant qu’il faut arrêter la dérive. Parlant de la Lépi, André Dassoundo alerte que selon la loi, la Lépi doit être prête à deux mois de la tenue des élections mais voilà que jusqu’à ce jour cette liste électorale n’est pas encore prête. Pour finir, il appelle l’opinion publique à la vigilance, il a attiré l’attention des bailleurs de fonds sur cette situation de crise et termine en affirmant que l’Assemblée nationale est le théâtre de bagarre. Pour sa part, le premier questeur de l’Assemblée nationale Sacca Fikara, plus acerbe dira que cela fait 3 ans qu’il disait que « Robert Dossou est un danger pour le peuple ». Ce dernier a rapelé comment les quatre membres de l’Assemblée nationale ont été désignés par le chef de l’Etat lui-même, comment la Cour constitutionnelle légifère à la place des députés. Il alerte l’opinion de ce qui risque d’arriver quand déjà le président Robert Dossou demande à Nago de procéder au remplacement des deux secrétaires parlementaires. Il est revenu également sur comment le président Nago a bafoué le mercredi dernier ses collègues lors de la réunion du bureau. Selon les propos de l’honorable Fikara, Nago aurait préféré rencontrer ses militants venus lui rendre visite au parlement. Il a également déploré ce qui s’est passé hier à l’hémicycle. D’autres collègues comme Ismael Tidjani Serpos, Eric Houndété et Timothée Gbèdiga ont apporté également leur contribution. « Ne soyez pas surpris que demain la Cour nous concocte un président de la République en dépit des lois de la République » s’est indigné le député Serpos.