La Nouvelle Tribune

Abt entre saines tractations et surprenante réussite

Espace membre

La campagne électorale entrera d’ici quelques jours dans sa phase plus active. Les états-majors des candidats rivalisent d’ardeur dans l’organisation des manifestations visant à ratisser l’électorat large. Mais à l’analyse, on constate que le scrutin de mars prochain pourrait au-delà des légitimes attentes, réserver des surprises aux Béninois qui ont souvent du mal à faire la différence entre foules et électeurs. La course à la Marina s’annonce très dure pour les candidats du sprint final. Si certains ont très tôt compris que le jeu en vaut la chandelle et ont mis à profit cette période de précampagne électorale, d’autres par contre font preuve d’une nonchalance légendaire dans la mise en place des stratégies capables de leur assurer au moins une place appréciable à l’arrivée. Parmi les 14 candidats retenus par la Cour constitutionnelle, seules les actions de trois d’entre eux sont visibles sur le terrain à savoir: Adrien Houngbédji, Boni Yayi et Abdoulaye Bio Tchané. Dans cette fièvre électorale, la tendance porterait Houngbédji et Yayi au second tour du scrutin, mettant le leader de la coalition Abt à l’écart, c'est-à-dire troisième à la course. Ce dernier pourrait, contrairement à ce que pensent bon nombre de concitoyens surprendre banalement plus d’un à l’arrivée, car il est ce qu’a été Yayi en 2006. Neuf, plein d’engagements pour le peuple. Il a son mot à dire dans presque toutes les communes du pays. Il a derrière lui certains caciques de l’obédience politique de l’ancien Président Mathieu Kérékou à savoir les généraux d’armée et  cadres influents de l’administration publiques. En effet, venu comme Yayi en 2006, il se rend de plus en plus populaire. En témoigne sa stratégie de porte à porte du weekend dernier dans la commune d’Abomey Calavi où la mobilisation a été des plus fortes. Le département de l’Atacora et de la Donga quadrillé par ses nombreuses actions caritatives, lui est reconnu comme fief. Bref, le septentrion reste sa chasse gardée, bien que toutes les cartes politiques ne soient pas encore distribuées.