La Nouvelle Tribune

Secteur cimentier

Espace membre

Le  ciment béninois toujours coincé entre la pénurie et une forte flambée
Le prix du ciment sur le  marché local est toujours en hausse dans plusieurs dépôts  de Cotonou et ailleurs. Pire, le produit se fait de plus en plus rare.
Le ciment béninois continue d’arracher le sommeil  à beaucoup de béninois. Bientôt 6 mois que la situation  demeure alarmante.
Si officiellement, le prix de la tonne est maintenu à 69 000 Fcfa, la réalité est toute autre  dans les différents dépôts en charge de sa distribution. Ce serait  une  hérésie aujourd’hui, de  s’avancer vers  ces dépôts, avec 69.000 Fcfa en poche, lorsqu’on  exprime le besoin de  prendre une tonne du ciment. Personne ne vous  regardera, et d’autres n’hésiteront pas à vous traiter de « fou ».  Il vaudrait donc  avoir  le double de ce montant  pour acquérir la tonne,  non sans avoir  négocié  aussi. Car, non seulement il est   devenu cher, mais de plus en plus rare.  Le spectacle des rangs kilométriques  qu’on observe devant les dépôts suffit à lui seul pour comprendre le malaise qui gagne  le secteur cimentier béninois. C’est  presque un calvaire  que subissent les clients, et ils sont hélas très peu  à être satisfaits, au bout de plusieurs heures d’attente.
 La situation est bien préoccupante face à des autorités béninoises qui  affichent grandement leur impuissance. Le gouvernement de Boni Yayi a promis  beaucoup de mesures visant à soulager les peines des béninois qui s’échinent à s’approvisionner ce produit. C’est ainsi qu’il a été annoncé à grand renfort médiatique  l’importation massive du ciment des pays de la sous-région dont le Togo. Mais on a tôt compris, qu’il s’agissait pour le gouvernement de satisfaire à ses propres besoins, notamment les chantiers de constructions de diverses infrastructures en cours dans le pays. Ceux qui avaient donc poussé  un ouf de soulagement, à l’annonce de  cette mesure, sont aujourd’hui désillusionnés. Les vrais problèmes sont encore là. Patents. Le pire, c’est que les producteurs locaux de ciment menacent d’augmenter le prix officiel (jamais respecté en réalité). D’où la peur de certains de ne plus  s’aventurier vers ce produit qui coûtera  encore très cher les jours à venir.

Christian Tchanou