La Nouvelle Tribune

La Mirena et la Cps-Lepi trainent encore les pas

Espace membre

Annoncé pour le mardi dernier, l’affichage des listes électorales permanentes informatisées provisoires n’a commencé timidement que samedi et dimanche dans certains quartiers de la première aire opérationnelle. A un mois du terme fixé par la constitution pour parfaire cette liste, la Mirena et la Cps Lepi ne semblent pas être pressées. Au contraire, elles donnent l’impression de retarder les choses à dessein. A moins d’un mois de la date butoir du 15 Février fixée par la Cour constitutionnelle pour finir les travaux de la réalisation de la Lepi,  la Mission indépendante au recensement national approfondi(Mirena) et la Commission politique  de supervision (Cps-Lepi) gèrent toujours les choses avec légèreté. L’affichage des listes électorales provisoires qui devait commencer depuis le mardi 11 Janvier comme l’a affirmé le superviseur général de la Cps-Lepi n’a commencé que le samedi pour les premiers quartiers de la ville de Porto-Novo. A Dodji, un quartier du quatrième arrondissement de Cotonou, vers 14 heures les premières listes affichées ne concernent que les noms allant de A à C.  Les autres listes trainent encore dans le sac d’un agent qui déclare attendre l’arrivée de son collègue avant de les afficher. La situation est identique dans plusieurs quartiers de Porto-Novo. Au niveau de ses listes, c’est la désolation. La plupart des photos sont noires, empêchant du coup la visibilité des visages des pétitionnaires. « Moi je ne sais pas lire mais la photo qui devait me permettre de m’identifier sur la liste est tellement noire qu’on y voit rien », se désole une dame venue constater l’effectivité de son enregistrement sur la liste électorale provisoire. Selon un responsable de la Commission communale de supervision(Ccs) de Porto-Novo, les listes devaient être en couleur  pour permettre les réclamations mais avec ces photos, on se demande si ça vaut la peine. En dépit de l’imminence des élections et de la fin de son mandat, l’affichage des listes n’est pas totale hors c’est elle qui devait ouvrir la voix à la phase des réclamations, des contestations et surtout de l’enrôlement des personnes qui n’ont pas pu se faire enrôler pour diverses raisons et dont les noms sont inscrites dans des cahiers. « Les gens de la Cps-Lepi et de la Mirena sont dans une logique de faire retarder les choses pour ne pas apurer la liste et intégrer les retardataires », déclare le même responsable de la Ccs. Ajoutant qu’il reste encore la phase de dé doublonnage qui prend assez de temps et qui n’a pas encore commencée. Avec les nombreux ratés constatés depuis le début du processus, on se demande si ces deux institutions chargées de l’élaboration de cette liste sont dans une logique de la perfection. D’ailleurs le Superviseur de la Cps-Lepi ne cesse de dire depuis un certain temps qu’il n’y a pas de Lepi parfaite qui intègre tout le monde à 100%.Son leitmotiv n’est-il pas le mot d’ordre à la base de toutes ces tergiversations ?