La Nouvelle Tribune

Création de nouveaux syndicats dans les médias

Espace membre

L’Upmb et le Cnpa préoccupés
A une conférence publique hier mardi à la Maison des médias de Cotonou, les présidents de l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb), Brice  Houssou et du Conseil national du patronat de la presse et de l’audiovisuel du Bénin (Cnpa-Bénin) Edouard Loko ont exprimé la crainte d’une remise en cause des acquis des Etats généraux de la presse que leur inspire la naissance de nouvelles organisations syndicales dans la corporation des journalistes.
La naissance de nouvelles organisations syndicales pour la défense des intérêts des professionnels des médias constitue pour l’Upmb et le Cnpa une menace de remise en cause des acquis des Etats généraux de la presse de novembre 2002.  Ce message est celui délivré hier mardi au cours d’une conférence publique animée par les présidents Brice Houssou et Edouard Loko. Suite à certaines actions menées ces derniers jours par l’une des nouvelles organisations syndicales, le Syndicat national des professionnels des médias du Bénin (Synapromeb) ajoutées au contenu du livre de son secrétaire général, Wilfred Léandre Houngbédji puis aux réactions publiées dans la presse au lendemain de l’Assemblée générale élective de l’Upmb il y a un an, il était devenu nécessaire, selon les conférenciers, de « rappeler les acquis des Etats généraux de la presse de novembre 2002 (…) ; faire le point de certaines manœuvres actuelles tendant à les remettre en cause et tirer les conséquences qui s’imposent en termes de perspective… » Les manœuvres évoquées par les deux conférenciers sont surtout relatives aux réactions du Synapromeb suite à l’installation d’une commission électorale autonome pour le remplacement de feu Clément Houénontin à la Haute autorité de l’audiovisuel et de la Communication (Haac). Pour avoir exigé de la Haac leur implication dans le processus aux côtés de l’Upmb, du Cnpa et des autres acteurs consultés, le Synapromeb et les autres organisations menacent selon les conférenciers les conclusions des Etats généraux au terme desquels, seulement deux associations doivent désormais représenter les professionnels des médias et les promoteurs d’organe de presse. Représentant l’une des organisations syndicale indexée, Marius Kpoguè s’est intéressé à la véritable mission des deux associations craintives. Sans ambages, il lui a été répondu, que cette mission consiste en la sauvegarde des acquis des Etats généraux.

Ludovic D. Guédénon

Encadré


La convention collective en question ?
Entre autres conséquences à la naissance et aux luttes  des nouvelles organisations syndicales, les conférenciers brandissent peut-être à tort ou à raison un risque éventuel de dénonciation de la convention collective à peine entrée en vigueur. Pour eux, la prolifération des syndicats et associations au sein des professionnels des médias pourrait susciter la création de nouveaux patronats qui n’auront que pour seule et principale ambition, « la dénonciation de la convention collective » a surtout insisté le président du Cnpa-Bénin. De  l’intimidation ou du chantage pourrait-on penser ?