La Nouvelle Tribune

Apf: La bonne gouvernance économique au cœur des échanges

Espace membre

Marthurin Nago« La démocratie et la bonne gouvernance économique : Rôle des Parlements », tel est le thème qui a réuni du 10 au 12 novembre 2010 à l’hôtel Novotel de Cotonou les délégués de l’Assemblée parlementaire francophone (Apf). La cérémonie officielle d’ouverture de ces assises s’est déroulée sous la direction du président de l’Assemblée nationale du Bénin, Mathurin Coffi Nago. A l’ouverture des travaux, la présidente du comité d’organisation, l’honorable Amissétou Affo Djobo a précisé les objectifs de ces assises. Selon ses propos, cette rencontre de Cotonou est d’intérêt majeur pour la construction de la culture démocratique et le renforcement des jeunes démocraties du Sud.

Elle poursuit en précisant que la présence des participants à ces assises est la preuve de l’intérêt qu’ils donnent aux préoccupations liées aux problèmes de gouvernance économique. L’honorable Amissétou Affo Djobo conclut en disant que c’est un besoin d’échanges d’expériences et d’évaluation du chemin parcouru par chacun dans la contribution de nos parlements à l’approfondissement de la démocratie et à l’enracinement des principes de la bonne gouvernance. Elle sera rejointe dans ses propos par le Sénateur de la République française Jacques Legendre, Secrétaire parlementaire de l’Apf qui précise que, si dans les pays du nord la fonction des parlementaires qui est de contrôler l’action gouvernementale est cruciale, par contre dans les pays du sud elle constitue une garantie pour les pays donateurs et les organisations caritatives de la saine gestion des fonds qui transitent par les gouvernements. Au-delà de ces précisions, le Sénateur français dira que cette rencontre se penchera sur les pouvoirs de contrôle et d’information des parlements. Dans son mot d’ouverture, le président Mathurin Coffi Nago mettra un accent particulier sur les défis qui attendent les pays membres de l’Apf. Pour lui, l’un des défis pour ces parlements est la lutte contre la misère, la pauvreté et la corruption. « La contribution des parlements au renforcement de la démocratie et la bonne gouvernance ne peut pas occulter ces besoins urgents, car la majorité des pays pauvres se trouvent en Afrique », a ajouté Mathurin Coffi Nago avant de faire recours au rapport de Transparency International qui a fait constater que les pots de vin versés aux pays africains seuls atteignent 40 milliards de dollars par an. De plus, il a joute que la corruption a entrainé 10% d’augmentation des coûts des projets, ce qui constitue un poids très lourd que traine l’Afrique du fait de ses cadres et dirigeants. Il faut préciser que plusieurs sujets et des communications intéressantes ont été abordés au cours de ces trois jours qu’ont duré les assises, assortis d’importantes recommandations.