La Nouvelle Tribune

Lépi: des faits qui confondent le maire Océni Moukaram

Espace membre

Le maire de la ville de Porto-Novo était hier sur une chaîne de télévision. De ses révélations, il ressort que  plus de 96 000 Béninois n’ont pas été enregistrés par les opérateurs kit. Par contre, de nos investigations, il apparaît que la situation n’est pas exactement celle décrite par le maire Océni Moukaram. Car, depuis quelques jours déjà, des équipes sont à nouveau déployées sur le terrain pour enregistrer ceux qui n’ont pas pu le faire au premier passage. Ces équipes qui devraient commencer depuis le 29 octobre leur mission, n’ont été finalement autorisées que le 5 novembre dernier. De sources proches de la Commission politique de supervision (Cps-Lépi), on apprend que le maire a bien eu des contacts avec les responsables de cet organe aux fins de préparer le rattrapage qui est actuellement en cours. Pour preuve, avance-ton dans l’entourage de la Cps, c’est sur sa demande que vingt-cinq (25) opérateurs kit ont été à nouveau déployés dans toute la ville de Porto-Novo. Or, dans les autres communes  où des séances de rattrapage sont en cours, c’est seulement un kit qui est mis à la disposition des populations. Mieux, la mairie de Porto-Novo a également bénéficié, d’après nos sources,  d’un appui financier pour pouvoir sensibiliser et mobiliser les populations. Ce serait d’ailleurs le directeur de cabinet du maire de Porto-Novo qui serait allé  chercher les fonds. Au niveau de la Cps, les gens s’étonnent et se défendent. Ils ne comprennent guère la réaction du maire. Car, contrairement à d’autres  communes, il a bénéficié d’appuis matériels, financiers et des ressources humaines.  Comment comprendre donc les affirmations du maire de la capitale ? A la Cps, bien qu’indignés les gens ne veulent guère penser que c’est de mauvaise foi qu’l est intervenu. Mais il faudrait cependant retenir des propos tenus par certains responsables de la Cps que l’enregistrement qui est la troisième phase de la Lépi est totalement volontaire. L’organe en charge ne dispose guère de moyens pour contraindre ceux qui ne veulent pas se faire enregistrer de le faire. C’est plutôt aux partis politiques de sensibiliser à cette étape du processus leurs militants afin qu’ils aillent accomplir leur devoir citoyen. Toujours est-il qu’avec l’intervention du maire et les informations glanées auprès de la Cps-Lépi, il y a assurément de l’intérêt de part et d’autre pour la réalisation d’une Lépi.