La Nouvelle Tribune

Les députés convoqués une fois encore pour ce jour

Espace membre

Les députés sont convoqués une fois encore ce jour pour la reprise de la cérémonie officielle d’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année 2010. On se rappelle que jeudi dernier, une soixantaine de députés toutes tendances confondues ont boycotté l’ouverture officielle. Conséquence, le report pour ce jour. Puisque, conformément aux dispositions de l’article 85 de la Constitution « si à l’ouverture d’une session, le quorum de la moitié plus un des membres composant l’Assemblée nationale n’est pas atteint, la séance est renvoyée au troisième jour qui suit. Les délibérations sont alors valables, quel que soit le quorum ». Mais cette fois-ci, même si la moitié plus un des députés n’est pas présent, le président de l’Assemblée nationale va procéder à l’ouverture de la session. On se demande si cette fois-ci les députés absents jeudis,  vont encore manquer à l’appel.

En réalité, depuis le début de cette législature, c’est seulement une fois que le président Mathurin Coffi Nago a bénéficié d’un quorum suffisant pour l’ouverture de session. Même ses rapports d’activités ont été toujours rejetés par les députés en signe de mécontentement, de dysfonctionnement du parlement. On se souvient que le jeudi dernier, après le constat du boycott massif des députés, le président Mathurin Coffi Nago a exprimé son ras-le-bol. Ces déclarations (que nous sous abstenons de relayer) risquent d’envenimer davantage la situation de crise au sein du parlement au moment où attendent sur la table des députés d’importants dossiers tels que l’examen et le vote du projet de budget général de l’Etat gestion 2011, la mise en conformité avec la constitution des différentes lois électorales rejetées par les sages de la Cour Constitutionnelle, la mise en place de la Cena et ses démembrements et autres. Pour éviter des cacophonies de dernières heures, il urge que les camps politiques adverses taisent leur divergence pour l’intérêt supérieur de la nation béninoise.