La Nouvelle Tribune

Débats sur les subventions accordées à la filière coton

Espace membre

Michel Sogbossi fuit les débats, Adanmayi n’a pas convaincu

(Tirs croisés sur le gouvernement)
Sur les deux points inscrits à l’ordre du jour de la plénière d’hier au parlement, un seul point a été débattu. C’est celui relatif à la question d’actualités transformée en question orale avec débats sur les subventions accordées par le gouvernement à la filière coton depuis 2006 à nos jours.

Une question dont l’auteur principal est l’honorable Prd augustin Ahouanvoébla. Suite aux questions posées, notamment, malgré les nombreux efforts consentis par le gouvernement pour le relèvement de ce secteur, rien n’a apparemment bougé et l’honorable de s’interroger aussi sur les subventions accordées aux autres filières. Le ministre de l’environnement Justin Adanmayi, répondant en lieu et place de son collègue de l’agriculture, n’a pas du tout convaincu les députés. A en croire le ministre, la filière coton nourrit trois hommes sur cinq et constitue un puissant levier de lutte contre la pauvreté. Selon lui, les crises successives qu’à connu cette filière au Bénin proviennent de trois facteurs essentiels à savoir, la mauvaise gestion au niveau des organisations paysannes cotonnière de base, le non respect de l’itinéraire technique adéquat par la grande majorité des producteurs et enfin l’attribution en 2001 d’agréments à certaines usines d’égrenage sans tenir compte du niveau de production du coton et aussi les dettes qui se sont accumulées depuis 2000 à nos jours et qui s’évaluent à de 46 milliards 646 millions de francs CFA. Malheureusement, le ministre Adanmayi, au lieu de parler des subventions accordées de 2006 à nos jours par l’Etat, s’est appesanti tout au long de son développement sur la gestion de cette filière de 2000 à 2005. Et en ce qui concerne les subventions accordées aux autres filières agricoles, le représentant du gouvernement s’est contenté seulement de dire que ces subventions ont été accordées à l’olacodiculture, la volaille, l’ananas, l’anacarde, le soja et autres. Ce qui fait selon lui, un montant total de plus de 1 milliard 827 millions de francs CFA pour les autres subventions autre que le riz et le mais.

Les députés décernent une mention nulle à Adanmayi

Le ministre de l’environnement Justin Adanmayi n’a pas convaincu les députés hier à l’hémicycle après son développement. L’auteur principal de cette question l’honorable Augustin Ahouanvoébla donnera une note de 1 sur 20 au gouvernement parce que selon lui, il est passé à l’hors sujet. Le député Prd s’indigne de ce que le ministre leur présente des chiffres de 2000 à 2005 alors que c’est seulement à partir de 2007 que le gouvernement a accordé une subvention de 18 milliards à la filière coton. Alors que, selon les affirmations du ministre de 2006 à 2007 aucune subvention n’aurait été accordée. Faux rétorque le député Ahouanvoébla qui a rappelé comment dès l’avènement du changement le Dr Boni Yayi en a fait son cheval de bataille et a accordé à cette filière plus de 14 milliards de francs CFA. Il sera appuyé dans sa logique par les députés Edayé Jean-Baptiste et Eric Houndété qui se disent déçus et que le gouvernement du changement est « un gouvernement sinusoïdal ». D’avis  contraire, les députés Fcbe Sabi Moussa et Djibril Débourou et consorts ont défendu le gouvernement. Seul le député Sabi Moussa fera quelque peu la genèse de cette filière coton qui selon lui a démarré au Bénin depuis 1957 mais en 34 ans, la production cotonnière était minable et que ce n’est qu’entre 1990 et 1996 que la production a augmenté à 236 tonnes.

{mosgoogle} Selon ses propos, à partir de 1996, les politiciens ont chassé le président Soglo en son temps mais pas les cotonculteurs. Toutefois, affirme t-il, cette filière a retrouvé un boom de 426 milles tonnes avant de rechuter. Il faut dire que les débats dans l’ensemble n’étaient pas favorables au représentant du gouvernement. Les députés lui ont demandé de leur apporter les clarifications sur leurs questions par écrit.

Ismail Kèko