La Nouvelle Tribune

Les jeunes d’Akpakpa s’unissent à l’Un

Espace membre

L’Union fait la nation (Un) a reçu du soutien dans la 15è circonscription électorale. Soucieux d’apporter leur contribution à l’élargissement des bases de cette union, les jeunes d’Akpakpa et environs ont mis sur les fonts baptismaux le Mouvement des jeunes pour l’alternance (Mja).C’était samedi 21 Août dernier à la maison du peuple d’Akpakpa en présence de l’honorable Raphaël Akotègnon.

Ça commence à bouger à l’Union fait la nation. Samedi dernier, les jeunes d’Akpakpa et environs ont décidé de prendre en main leur destin politique en créant le Mja. Venus de tous les quartiers d' Akpakpa et de tous les partis membres de l’Union, ils ont pris d’assaut la grande salle de la maison du peuple, vêtus pour la plupart de tee shirt à l’effigie du mouvement. Dans son discours de déclaration politique, le président de ce mouvement politique Paulin Hounkpatin a affirmé que ce mouvement est créé pour permettre à la jeunesse de disposer d’un creuset politique qui lui permettra de participer à la gigantesque œuvre de salut national qu’est l’alternance en 2011 mais aussi et surtout d’offrir à l’Un un instrument de travail politique additif, efficace et pratique adapté à la mobilisation, à la sensibilisation et à l’encadrement des populations pour une victoire éclatante en 2011. Créé pour répondre aux situations d’urgence et aux missions difficiles. « Le mouvement des jeunes pour une alternance en 2011 se veut cet organe là qui force l’admiration par son travail qu’il abat sur le terrain et fait la fierté des leaders de l’alliance par son engagement, sa détermination et son abnégation », précise son président Paulin Hounkpatin. Le Mja a reçu ce jour le soutien de plusieurs autres mouvements et structures de jeunes qui partagent le même souci d’alternance en 2011 que lui. C’est l’honorable Raphaël Akotègnon, député élu dans cette 15è circonscription qui boucla la boucle des interventions.

{mosgoogle}Mandaté par la conférence de présidents de l’Un, il n’est pas allé du dos de la cuillère pour fustiger les nombreuses dérives observées au Bénin depuis l’avènement du changement au Bénin. « Le pouvoir a tout fait pour étouffer nos cris de détresse au parlement mais les scandales sont entrain de le noyer », a-t-il déclaré. Après avoir montré que le gouvernement a échoué sur tous les plans et rappelé les nombreux scandales qui noircissent le mandat du président Boni Yayi, il l’invita à démissionner sinon, ajoute-t-il, il sera complètement mis à nu.  

Marcel Zoumènou