La Nouvelle Tribune

Nomination de Marius Hounkpatin: Prime à la trahison ou promotion méritée ?

Espace membre

Le dernier conseil des ministres du gouvernement du Dr Boni Yayi a procédé à un certain nombre de nominations. Au nombre de celles-ci, celle de Marius Hounkpatin au poste de Conseiller technique à l’énergie. Cette nomination ne poserait aucun problème si l’affaire de mauvaise gestion de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) n’était sur tapis.

En effet, pour faire la lumière sur cette affaire, le président de la République a demandé la mise en accusation devant la Haute Cour de justice de l’ancien ministre de l’énergie, de l’hydraulique et des mines, Kamarou Fassassi. Or, il se trouve que pendant plusieurs années et même après le départ de ce dernier de la tête de ce département ministériel,  c’est Marius Hounkpatin qui y occupé le poste de directeur de cabinet. En même temps, il était le président du Conseil d’administration de la Sbee. Autrement, les comptes de la Sbee que certifiait Alidou Koussé passaient sous ses « yeux ». Dès lors, on ne peut s’empêcher de s’interroger. S’il est vrai que son ministre est impliqué dans la mauvaise gestion de la Sbee, de par son poste, peut-il être blanc comme neige ? Quel pourrait être son degré d’implication ? Le paradoxe dans cette affaire est que c’est au moment où le dossier bat son plein qu’il est nommé par le chef de l’Etat. Quand on sait que c’est sous le régime Yayi qu’il a été limogé de son poste de Dc du ministère des mines, on se demande ce qui lui vaut aujourd’hui cette nouvelle promotion ? Des esprits futés se demandent si sa nomination est le fruit de certaines dénonciations et révélations faites par ses soins sur son ancien ministre. Ou alors, est-il aujourd’hui politiquement puissant pour bénéficier de l’attention du Dr Boni Yayi ? Les questions restent posées. Il est cependant une règle élémentaire en matière de lutte contre l’impunité, c’est que quand un soupçon pèse sur un cadre ou que ce dernier a une certaine ramification avec des dossiers « sales », l’éthique commande qu’on se sépare de lui. Mais actuellement, on note que le fait que Alidoou Koussé et Marius Hounkpatin aient des responsables qui nt droit de regard sur la gestion de la Sbee, constitue plutôt un motif de promotion. Georges Akpo