La Nouvelle Tribune

Affaire Icc services: Secret d’Etat, vérité interdite

Espace membre

L’affaire Icc services est loin de livrer tous ses secrets. Plus on évolue, plus on découvre d’autres facettes du dossier qui éclabousse tous les jours des  membres du gouvernement, les hauts cadres de l’appareil judiciaire et même des proches du président de la république. Dans les coulisses de l’affaire, on apprend l’implication de personnes insoupçonnables, majoritairement très proches du Chef de l’Etat.

Le gouvernement a donc compris qu’à l’allure où vont les choses, la vérité cachée sous le boisseau sera dehors. Il  faut donc arrêter ce torrent informationnel qui coule à flot et qui inonde le pays. La presse en raffole. Qui pour annoncer l’implication de certains ministres, qui pour annoncer des sommes faramineuses - des milliards- en jeu dans cette affaire, qui pour dire les accointances du pouvoir d’Etat avec le sieur Emile Tégbénou, le cerveau de cette escamotage financier. C’est lui, cet ancien tailleur, analphabète par surcroît, qui ébranle la république. C’est lui qui aurait enterré des milliards dans sa chambre et qui finançait des marches de soutien et des opérations de charme du pouvoir. C’est lui qui aurait …Bref, la presse ne tarit pas d’informations à son sujet. Seraient-elles toutes fausses  ces informations ? Il n’y a pas de fumée sans feu, dit-on. Seulement pour un gouvernement, il ya de sérieuses raisons de s’inquiéter  et de craindre que des secrets d’Etat soient dehors. Les dernières menaces et intimidations sur la presse sont donc assez expressives de la volonté du pouvoir d’étouffer  ces langues qui se délient. Mieux, le gouvernement va plus loin et ordonne des mises sur écoute et la chasse aux biens des responsables des structures de placement d’argent.

Des raisons de s’inquiéter

Qu’est-ce qui pourrait donc amener le gouvernement à prendre ces mesures exceptionnelles dignes d’un Etat d’urgence ? Selon des indiscrétions émanant de gens très proches du pouvoir, Icc Services  a été pendant des mois le bras armé du gouvernement dans le financement des missions officieuses. Selon ces mêmes sources, beaucoup de membres du gouvernement et du sérail du pouvoir savaient bien que Icc Services ne tiraient pas ses ressources abondantes du placement d’argent. D’ailleurs, nous souffle-t-on, il ne faisait de placement nulle part. Ce n’est même pas possible avec  une structure qui collectait les sous tous les jours et qui en distribuait aussi tous les jours. Or, l’activité de placement demande un minimum de planning car l’argent placé doit attendre un certain moment pour revenir. Dans les arcanes du pouvoir, on savait que Icc Services menait une autre affaire qu’on ne peut pas dire au grand public mais qui lui remportait beaucoup.

{mosgoogle}«Tous ces ministres et autorités qui demandaient et redemandaient à Icc savaient bien qu’il faisait autre chose  que le placement d’argent et c’est fort de cela qu’ils lui demandaient  toujours de l’argent  à ne plus en finir », déclare un avocat très imprégné du dossier. Alors, quelle activité menait Icc- Services donc ? Mystère. C’est peut être un secret d’Etat qu’on ne connaîtra jamais.  Le jour où on le saura vraiment, la république tombera peut être. Contrairement à ce que disait Idrissou Ibrahim.

Marcel Zoumènou