La Nouvelle Tribune

Bientôt une commission d’enquête parlementaire sur la Lépi

Espace membre

Le député du Prd Raphael Akotègnon et 22 autres ont introduit il y a quelques jours une proposition de résolution tendant à mettre sur pied une commission d’enquête parlementaire d’information et de contrôle afin de voir clair dans le processus en cours de la Lépi (Liste électorale permanente informatisée).

L’initiative de cette proposition de résolution fait suite aux informations rendues publiques lors de la conférence de presse des membres de la Mirena sur les chiffres du recensement porte-à-porte qui s’est déroulé du 21 avril au 19 mai 2010. Selon le contenu de la résolution, 675 binômes d’agents cartographes et/ou énumérateurs auraient réalisé la cartographie censitaire prescrite par la loi n° 2009-10 portant réalisation du Réna et établissement de la Lépi avec succès au niveau des cinq cent quarante six (546) arrondissements que compte notre pays. Il s’est avéré qu’au terme de cette opération, 3728 quartiers auraient été cartographiés. De plus le recensement porte-à-porte se serait déroulé dans des conditions acceptables et aurait permis de dénombrer 1 481 450 ménages et 6 570 486 personnes de 8 ans et plus. Mais selon l’argumentation des initiateurs de cette résolution, les dysfonctionnements et irrégularités soulignés par le rapport du groupe de travail créé par le chef de l’Etat dans le cadre du Réna et de la Lépi n’ont pas jusqu’ici été corrigés et que le premier président de la Mirena, a recruté, a lui tout seul environ 900 agents cartographes non formés, en violation des dispositions légales. De plus ils avancent que, des chiffres publiés par la Mirena et afférents aux départements de notre pays, il ressort par exemple, en comparaison aux projections de l’Insae pour 2010, que les populations du Borgou et de l’Alibori se seraient accrues respectivement de 20,14% et de 12% au moment où celles du Littoral et de l’Atacora auraient diminué respectivement de 32,31% et 8,23%. Ce qui les amène à dire que les chiffres ainsi communiqués lors de cette sortie médiatique diffèrent de ceux notifiés aux partis politiques. Toutefois, de nombreux compatriotes soutiennent n’avoir pas encore été recensés jusque-là. 

{mosgoogle}C’est pour cette raison que les députés signataires demandent la mise en place de cette commission parlementaire d’enquête pour vérifier entre autres, le processus de mise en œuvre de la loi, le financement et la gestion financière du processus, la validité des chiffres publiés dans le cadre du Réna et de la Lépi, l’intégrité de la Lépi par rapport à toute autre base de données biométriques existante. Cette commission sera composée de 9 membres désignés selon la configuration politique de l’Assemblée Nationale et elle dispose de 60 jours à compter de sa création pour accomplir sa mission et déposer son rapport final. Cette commission se fera aussi assister de spécialistes ou d’experts susceptibles de l’éclairer dans ses travaux. 

Ismail Kèko