La Nouvelle Tribune

Après le dernier remaniement ministériel: la chasse aux sorcières commence au Mrai

Espace membre

A peine installé, Le nouveau ministère de la reforme administrative et institutionnelle (Mrai) Bertrand Sogbossi essuie  déjà ses premières critiques. Et pour cause, ses premiers actes inquiètent beaucoup plus qu’ils ne rassurent.

Quelques jours après sa prise de service, il ne s’est même pas donné le temps pour s’imprégner des dossiers de son ministère encore moins de chercher à connaître à mieux connaître les cadres du ministère avant de commencer « le balayage ». En quelques jours, il remercie l’Attaché de presse (AP), l’Assistant du ministre(Am), l’Attaché de cabinet(Ac) aussi l’Inspecteur général du ministère(Igm).Son balayage touche aussi bien les membres du cabinet que des cadres techniques. Ce qui inquiète beaucoup de travailleurs surtout quant à la stabilité dans la gestion de ce jeune ministère. Selon des sources proches de ce ministère, il se préparerait aussi à remercier le comptable, le Dfrm et beaucoup d’autres personnes. Et à chaque nomination, c’est toujours un membre de son parti l’Udd-Wologuèdè qui pointe le nez, ajoutent les mêmes sources. Tout se passe comme si le nouveau ministre est venu juste pour « balayer » les cadres reconnus proches de son prédécesseur Joseph Ahanhanzo dont il se réjouissait, le jour de sa prise de service, de « continuer l’œuvre ». L’hypocrisie répugne et confirme que le nouveau Mrai est venu comme le bras armé du député Zéphirin Kindjanhoundé -qui l’aurait proposé au Président Yayi- et qui le tient comme chien en cache.

{mosgoogle}C’est d’ailleurs celui là qui aurait obtenu de Yayi le départ du ministre Ahanhanzo avec qui il est en froid depuis des mois pour des querelles de leadership. D’autres sources proches de ce député affirment qu’il aurait conclu un accord avec le Président de la république avant le remaniement, lequel accord l’autoriserait à nommer des cadres de son parti dans ce ministère par le truchement du nouveau ministre. L’essentiel étant de vite effacer les traces du ministre Ahanhanzo. Le ministre Sogbossi accomplit bien cette mission politique, loin de la volonté des agents de ce ministère où l’ambiance de travail devient de plus en plus délétère.

Marcel Zoumènou