La Nouvelle Tribune

Ahanhanzo passe la main à Bertrand Sogbossi la joie au coeur

Espace membre

Après le dernier remaniement ministériel, les passations de service ont commencé depuis hier. Dans un ministère de la reforme administrative et institutionnelle pris d’assaut par des agents, des têtes couronnées, des parents des deux ministres et même des curieux, le ministre sortant Joseph Ahanhanzo a passé la main à son successeur Bertrand Sogbossi dans une ambiance très chaleureuse.

Série d’allocutions, passation de dossiers et dons de présents aux deux ministres, tels sont les trois étapes qui ont marqué la cérémonie de passation de service au Mrai hier. Après les interventions du syndicat et du secrétaire général de la maison, le ministre sortant Joseph Ahanhanzo a eu l’occasion de prononcer son allocution. Très émotif, il a montré que l’heure n’est pas au discours. « Notre pays a passé 50 ans à discourir », a-t-il déclaré d’entré de jeu. Il a passé son temps à remercier son prédécesseur Gounou Sina qui a planté l’arbre qu’il est venu arroser. Il a dit sa gratitude à ses parents, à ses amis et aux dignitaires mais aussi au docteur Boni Yayi. « Je serai toujours avec le docteur Boni Yayi », a-t-il ajouté. Son successeur Bertrand Sogbossi s’est aussi confondu en remerciement. D’abord à l’endroit du président Boni Yayi qui a porté son choix sur sa personne  mais aussi ses parents et surtout l’honorable Zéphirin Kindjanhoundé qui l’a porté à ce poste. Il a enfin invité son prédécesseur à l’accompagner dans sa nouvelle mission républicaine.

Kindjanhoundé-Ahanhanzo : le pont est définitivement rompu !

La bonne ambiance qui a prévalu hier au Mrai n’a pas pour autant camouflé le malaise profond qui règne dans les rangs des partisans de l’Udd-Wologuèdè, le parti qui a donné les deux ministres. C’est le ministre sortant Joseph Ahanhanzo qui en donne le ton dans son allocution. Tout au long de son intervention truffée de remerciements, il n’a guère remercié l’honorable Zéphirin Kindjanhoundé et n’a pas  prononcé une seule fois ce nom, celui du président du parti qui l’a promu ministre. On comprend donc qu’entre les deux, c’est désormais la lune de fiel. La pomme de discorde, selon nos sources, est la sortie du ministre Ahanhanzo du gouvernement à cause des basses besognes de Kindjanhoundé qui a la rancune tenace, selon nos sources. C’est lui qui aurait exigé et obtenu, grâce à des chantages, le départ du ministre Ahanhanzo qu’il a fait remplacer par un autre cadre du parti. Très jaloux de la côte de popularité d’Ahanhanzo, il avait juré depuis avoir sa peau.

{mosgoogle}Chose qu’il a réussi à faire. Seulement, il doit s’attendre à des démissions en cascade de son parti. Sur les lieux de la passation, les nombreux militants de l’Udd-Wologuèdè n’ont pas caché leur amertume. Dans les discussions en aparté et dans les conciliabules, Kindjanhoundé est le traître à combattre et qui sabote les actions de Boni Yayi dans la 23è circonscription  électorale. Venus nombreux d’Abomey, militants, têtes couronnées et jeunes ont fait allégeance au ministre Ahanhanzo et ont décidé de le suivre partout où il ira.

Marcel Zoumènou