La Nouvelle Tribune

Micro crédits aux plus pauvres: Komi Koutché rassure, Akotègnon émet des réserves

Espace membre

L’émission « Face à Face » de la télévision Canal 3 Bénin d’hier a reçu comme invités l’honorable Raphaël Akotègnon et le Directeur général du Fonds national de la micro finance Komi Koutché. Comme on peut le deviner, le plat de résistance était le micro crédit aux plus pauvres.

 Après le dernier rejet de l’autorisation de ratification d’accord de prêts pour les micro crédits, le débat d’hier a permis à l’opinion publique d’être éclairée. Les envolées lyriques du député Akotègnon et les explications techniques du Dg Koutché qui a fait montre d’une grande tempérance au cours du débat ont permis aux uns et aux autres de mieux s’imprégner des phases et du fonctionnement du programme. Parlant de l’utilité du programme, Komi Koutché a expliqué que l’Emicov (Enquête modulaire intégrée sur les conditions de vie des ménages) a revelé que trois Béninois sur dix  vivent en dessous du seuil de la pauvreté. C’est fort de cela et surtout de la promesse de campagne du Chef de l’Etat que ce programme a été initié. Le gouvernement a donc mis près de 20 milliards dans ce programme. C’est donc avec ce fonds que les premiers prêts ont commencé sur le terrain. Les femmes au pouvoir d’achat très faible sont regroupées, formées et puis après on leur octroie des micros crédits de 30.000 F avec des taux d’intérêt de 5%. Grâce au système de revolving ainsi créé, ce montant est passé à 36 milliards. Mais aujourd’hui, le besoin national s’estime à 56 milliards afin de satisfaire pour près de 2 millions de demandeuses.

{mosgoogle} En face de Komi Koutché, le député Akotègnon dénonce la politisation du programme et le choix tendancieux des institutions de micro finance choisies comme partenaires stratégiques. Faux, rétorque Monsieur Koutché qui affirme que l’intermédiation financière est assurée par des institutions agréées par l’Etat et qui distribuent les crédits en tenant compte des demandes et non de la coloration politique des femmes.  Il a ajouté le Pmcpp est encadré par des lois et un document de politique et récuse toutes contre vérités servies aux populations.  

Georges Akpo