La Nouvelle Tribune

Cen-Sad et réfection du palais des congrès: Les députés ajournent les débats

Espace membre

(Le gouvernement demande un nouveau report)
Pour une seconde fois, les députés n’ont pas pu examiner les deux dossiers inscrits à l’ordre du jour de la plénière d’hier relatifs à l’affaire Cen-Sad et à la réfection du palais des congrès de Cotonou.

La cause en est que le gouvernement représenté par le ministre des finances et de l’économie Idriss Daouda et son homologue de l’urbanisme François Noudégbessi n’ont pas pu apporter les documents nécessaires demandés par les députés dans leur requête. Prenant la parole en premier en tant qu’auteur de la question, le député de l’UN Augustin Ahouanvoébla a révélé que le gouvernement lui aurait adressé une réponse écrite qui ne serait même pas appropriée. Un tableau récapitulatif qui n’est pas d’actualité a été envoyé par le ministre des finances. Il a suggéré alors au gouvernement de répondre et de leur fournir les pièces demandées. Au terme de son intervention, le député Augustin Ahouanvoébla demandera un ajournement des débats afin que les pièces demandées soient apportées à la représentation nationale. Se faisant plus clair, le président de séance Antoine Dayori a précisé que le gouvernement n’avait pas besoin d’envoyer une réponse écrite puisque c’est une question d’actualité transformée en question orale avec débats. Par contre, dit-il, le gouvernement est tenu de répondre aux questions en plénière conformément aux dispositions du règlement intérieur de l’institution. La présidente Rosine Soglo dans son intervention donnera raison à son collègue Ahouanvoébla Augustin. Quant à l’honorable Force Clé Eric Houndété, il a exigé du gouvernement que les documents soient transmis aux députés puisque, sans ça il serait difficile d’apprécier les réponses du gouvernement. Il sera rejoint dans son intervention par le député Dominique Sohounhloué qui demande au gouvernement de fournir les documents et de répondre en même temps. Le député Fcbe Chabi Sika Karimou va brandir les dispositions de l’article 46 du règlement intérieur pour coupe cours aux polémiques. Cette disposition stipule qu’en cas de demande d’ajournement de débat, il est statué sans débat sur cette demande d’ajournement.

{mosgoogle} D’un ton très ferme, la présidente Rosine Vieyra Soglo a menacé et a mis en garde : ça soit la dernière fois que le gouvernement s’amuse ainsi avec nous. Parce que le ministre était absent je suis d’accord, mais si jamais le ministre s’amuse encore à nous prendre pour ce que nous ne sommes pas, le président Boni Yayi nous entendra. Une fois, deux fois, trois fois, cessez de jouer avec nous. Moi je suis prête à tout casser, Boni Yayi me connaît » a-t-elle martelé. Au terme des débats, la plénière a ajourné les débats. L’examen de ces dossiers est renvoyé alors à une date ultérieure.

Ismail Kèko