La Nouvelle Tribune

Le ministre Idriss Daouda à la barre demain

Espace membre

Pour une première fois reportée pour raison d’absence du ministre des finances et de l’économie du territoire national, la séance plénière qui doit consacrer les débats sur les dossiers Cen-Sad, réfection du centre international de conférence et du palais des congrès de Cotonou va bel et bien se dérouler demain au palais des gouverneurs à Porto-Novo.

Le jeudi dernier, le gouvernement pour se justifier, avait envoyé une correspondance demandant la programmation pour une autre date en vue d’apporter des éléments de réponses plus précis à la représentation nationale. Il faut préciser que ce sont des dossiers qui défraient jusqu’à ce jour la chronique et dont les représentants du peuple s’en sont saisi afin de faire la lumière sur ces dossiers sulfureux qui ont fait entre temps objet de limogeage de plusieurs cadres de l’administration publique de notre pays et qui a conduit même au relèvement provisoire du ministre de l’environnement pour raison d’enquête. Demain, des sueurs froides attendent le représentant du gouvernement qui doit se défendre devant la représentation nationale. Probablement que ce sera l’occasion rêvée pour les députés de soutirer des informations sur ce dossier qui sont restés jusque-là dans les tiroirs du gouvernement. Il faut rappeler d’une part que c’est le député Prd Augustin Ahouanvoébla et 24 autres collègues qui ont interpellé le gouvernement à travers une question d’actualités avec débat sur le coût de l’organisation du 10è sommet de la Communauté des Etats Sahélo-Sahélien (Cen-Sad) à Cotonou. D’autre part, une seconde question d’actualité avec débats doit être examiné aussi dans ce cadre et posée par le député Lazare Séhouéto et 19 autres députés.

{mosgoogle}Ils se sont interrogés sur les conditions qui ont entouré la réfection du CIC et du Palais des Congrès de Cotonou. Outre cette question, les députés ont demandé au gouvernement le point financier des activités entrant dans ce cadre et les pièces justificatives, la part de la contribution du Bénin à  sommet  de même que la contribution de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire et Socialiste, les modalités  d’attribution et de passation des marchés et les délais d’exécution ainsi que la liste exhaustive des entreprises adjudicataires.

Ismail Kèko