La Nouvelle Tribune

Les députés autorisent la ratification de conventions, accords et protocoles de l’Unesco

Espace membre

C’est à l’unanimité que les députés ont autorisé hier en séance plénière leur seul point inscrit à l’ordre du jour de la séance, relatif à l’examen du projet de loi portant autorisation de ratification et/ou d’adhésion, des conventions, d’accords et des protocoles de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco) « Centre d’intérêt culture ».

C’est en présence du gouvernement représenté par le ministre de la culture, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales Galiou Soglo. Selon le contenu du rapport examiné en plénière, pour l’Unesco, la paix n’est pas seulement l’absence de conflits, elle signifie des budgets consacrés à construire des infrastructures et des services qui fonctionnent et s’améliorent, des populations qui font des projets d’avenir, des esprits libérés des traumatismes de la violence et des idées de vengeance et réceptifs aux idées de solidarité. Ainsi, pour mettre en œuvre un tel idéal, il faut des règles, des instruments normatifs communs à tous les 192 Etats membres, d’où l’élaboration des différentes conventions. Selon le contenu de ces conventions, les 34 instruments juridiques restant à ratifier peuvent être regroupés autour de 3 centres d’intérêts, notamment, l’éducation, la culture et la science. Le rapport dispose d’une part de la convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriétés illicites des biens culturels adoptés à Paris (France) le 14 novembre 1970. D’autre part, de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée à Paris le 17 octobre 2003, la convention sur la protection des biens culturels en cas de conflit armé avec règlement d’exécution adoptée à la Haye (Pays-Bas) le 14 mai 1954 appuyée de deux protocoles, la convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique adoptée à Paris le 02 novembre 2001, la convention universelle sur le droit d’auteur révisée à Paris le 24 juillet 1971 avec Déclaration annexe relative à l’article XVII et Résolution concernant l’article XI suivie de trois protocoles, la convention internationale sur la protection des artistes et enfin les  interprètes ou exécutants des producteurs de phonogrammes et des organismes de radiodiffusion.

{mosgoogle}Les députés dans leur ensemble ont manifesté un grand intérêt pour ce dossier après avoir exprimé leurs préoccupations diverses. Quant au ministre de la culture, il n’a pas manqué d’aborder les préjudices causés au Bénin du fait de la non ratification de ces conventions alors que ce serait nos compatriotes en poste à l’Unesco qui ont été les principaux acteurs dans la conception et la mise en place desdits instruments. Il dira que les pays en développement doivent faire de la culture le socle de leur développement. Pour finir, Galiou Soglo a convié les députés à ratifier ces différentes conventions dans l’intérêt des pays respectifs.

Ismail Keko