La Nouvelle Tribune

Les caisses de l’Etat se vident

Espace membre

Les finances de l’Etat sont au rouge. Alors qu’on croyait à une embellie économique après  les promesses de bonne gestion faites par le président Boni  Yayi à son peuple en décembre 2009, on a eu droit à une crise plus aiguë que celle de 2009.

Installée de façon prématurée, cette crise qui affecte les recettes de l’Etat serait la résultante de l’augmentation vertigineuse des dépenses surtout salariales alors que les recettes connaissent une tendance à la baisse depuis quelques années. Alors que nous sommes en début du mois de Juin et qu’a priori les ministères devaient être en train de percevoir la troisième part égale de leurs budgets sur les quatre qu’ils doivent prendre, c’est juste il y a quelques jours que le ministère des finances a commencé à leur octroyer la deuxième part. Conséquence, l’Etat n’arrive à payer ses créanciers dont les activités tournent au ralenti ou sont parfois bloquées.  Ceci se remarque d’ailleurs et se vit quotidiennement par la raréfaction de l’argent dans le pays et la morosité économique qui s’installe progressivement. Et pour ajouter encore une dose plus salée, on apprend de sources concordantes que le Sigfip (Système intégré de gestion des finances publiques) sera fermé d’ici le 30 juin prochain. On se rappelle que l’année dernière, il était fermé ses portes en Août pour ne les rouvrir qu’en Mars 2010.La cause de cette difficulté économique ?

{mosgoogle}Selon nos investigations, la baisse des recettes fiscales surtout douanières est la cause de cette situation. Mais d’autres personnes au parfum des méandres de l’administration financière affirment que cette situation est due à la gabegie observée au niveau de l’Etat dans la gestion des fonds et qui font qu’aujourd’hui le gouvernement a des difficultés à assumer des dépenses prioritaires comme le paiement des salaires aux travailleurs.

Georges Akpo