La Nouvelle Tribune

Scandale à la coordination des Fcbe: Les employés sans salaire depuis plusieurs mois

Espace membre

Ça grogne au sein du personnel de la coordination des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Les agents de cette instance de la coalition de partis au pouvoir, sont en effet sans salaires depuis plusieurs mois. Une bien curieuse et malheureuse situation qui n’est en fait que la partie visible de l’iceberg.

Indignation, colère et tristesse, sont les compagnons quotidiens des agents travaillant au siège des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Privés de salaires depuis plusieurs mois, ils ne savent pas à quel Saint se voués. En dehors du personnel, il faut noter que toutes les autres composantes sont dans une situation similaire. Ainsi, peut-on remarquer que les fleurs qui garnissent le siège des Fcbe ont atteint des dimensions démesurées parce que le fleuriste ne vient plus. Les agents de sécurité ne sont pas mieux lotis. Cette situation a d’ailleurs amené un premier prestataire à rompre le contrat. Les actuels gardiens sont également en courroux puisqu’ils ne perçoivent pas non plus leurs dus. Au niveau des fournitures de bureau également, la situation est lamentable. C’est a peine s’il y a de quoi écrire.  Avec une situation pareille, on se demande si les factures d’électricité et d’eau sont régulièrement payées. D’ailleurs, cela ne surprendrait guère que cela ne se fasse pas. Car, on sait comment les appendis et autres satellites du pouvoir sont traités par lesdites sociétés. On apprend aussi que vis-à-vis du propriétaire de l’immeuble abritant le siège, les Fcbe sont en délicatesse. Selon les informations recueillies, le coordonnateur a lui-même les bras coupés. N’arrivant pas à régler son problème de locomotion, il ne pourrait pas  davantage régler pour des agents sous sa direction.  D’après nos investigations, la plupart des personnalités des Fcbe sont au courant de ladite situation. Mais elles restent silencieuses face à la misère des agents. Pire, c’est comme si les militants et ténors Fcbe sont décidés à laisser mourir leur creuset politique. Peut-être ayant déjà pris la mesure des échéances prochaines.

Les prémisses d’un échec aux prochaines échéances

« Tel père, tel fils », dit l’adage. Dans ce cas précis, on est tenté de dire « Tel parti politique, tel gouvernement ». En effet, comment peut-on comprendre qu’une coalition qui est au pouvoir et qui aspire à rester au pouvoir puisse être gérée de la sorte. Personne ne soucie des valets et autres corvéables à merci qu’on emploie pour les courses et autres basses besognes du parti. Et pourtant certains députés vont tenir quelques fois des réunions en ces lieux. Quand bien même très peu de mouvanciers militants Fcbe connaissent l’emplacement du siège,  il n’en demeure pas moins qu’il que son fonctionnement soit assuré. Il n’est pas usurpé de dire que cette mauvaise gestion remonte apparemment au sommet de l’Etat. Nul n’ignore aujourd’hui les difficultés de trésorerie que connaît le pays.  Ceci constitue donc la suite logique de la gestion des Fcbe. L’autre constat qui se dégage de cette affaire est qu’à quelques mois de l’élection présidentielle et celles législatives, les Fcbe sont à la perdition. La coalition qui soutient le chef de l’Etat est sans boussole et sans organisation potable. Si non quelle autre lecture peut-on faire de cette maldonne ? Aucune formation politique sérieuse regorgeant d’intellectuels bons teints, de technocrates convaincus ne fonctionne de cette manière. D’abord, il faut remarquer que le coordonnateur a un moyen déplacement qui au lieu de faire rire, apporte plutôt des larmes aux yeux. En effet, avant que le véhicule ne démarre, il faut le pousser sur plusieurs centaines de mètres d’abord.

{mosgoogle}Toute chose qui montre le vrai visage de cette coalition. Car, c’est connu que l’image du chef d’un groupe reflète le fonctionnement d’un tel groupe. On découvre que sa base politique ne dispose même pas de fonds de roulement et de fonctionnement. Inimaginable ! Comment étaient donc financées les diverses activités que menait la coalition depuis son existence ? Dans cette condition qu’attendre d’autres comme résultats des militants qu’autre que le sommeil dans lequel ils sont plongés depuis peu ?  Le président Boni Yayi devrait être peu fier d’une pareille situation qu’il se doit de tirer au clair dans les meilleurs délais.

Georges Akpo