La Nouvelle Tribune

Recensement porte-à-porte à Cotonou: Les chiffres de Bako contestés

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter
Réalités Les réalités du terrain contredisent les propos du Superviseur général de la CPS-Lépi. Jusqu’à la fin des opérations de recensement porte-à-porte, des milliers de Béninois ont été abandonnés. Ils n’ont pas vu les agents recenseurs passer dans leurs domiciles ou résidences. Dans les quartiers de Cotonou, le spectacle est désolant. A Godomey dans la commune d’Abomey-Calavi, les populations se plaignent. Dans d’autres localités du pays, c’est le même scénario. La non motivation des agents recenseurs par les structures en charge de la réalisation de la Lépi est en grande partie la cause de ce fiasco. Selon des déclarations faites dans les médias, ils n’ont reçu aucune garantie par rapport au paiement des dix jours de prorogation du délai de recensement. Et c’est là une nouvelle équation pour la Cps/Lépi.

Jules Yaovi Maoussi