La Nouvelle Tribune

Procédure de remplacement de feu Houénontin à la Haac

Espace membre

Vers une élection entre copains
La procédure devant conduire au remplacement de feu Clément Houénontin, conseiller et vice-président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la  communication (Haac) est enclenchée. Cette procédure est entrée dans sa phase active et « irréversible » selon certains, jeudi dernier avec l’installation d’une commission électorale autonome (Cea).

Mais déjà, des indices permettent de craindre que comme à l’accoutumée le choix de ce remplaçant bien que par voie élective ne soit simplement un choix entre copains voire coquins. De la désignation de l’actuel directeur de la Maison des médias à la présidence de la présente mandature du tribunal des pairs en passant par la désignation des représentants de la presse au sein de la présente mandature de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication sans oublier le dernier renouvellement des instances des associations professionnelles, rien n’a pu empêcher l’exécution du plan des « copains ». Conséquence, tout se passe et continue de se passer en réseaux fermés et la grande masse des professionnels des médias se retrouve et se reconnaît à peine dans les décisions prises et le partage en son nom d’importants privilèges et avantages.  Les mêmes groupes s’organisent encore en vue de contrôler la désignation prochaine du remplaçant de feu Houénontin à la Haac. Sinon comment comprendre que pour constituer la commission électorale dite autonome devant conduire les opérations de vote en vue de cette désignation, les membres des bureaux des associations n’ont trouvé d’autres compétences que les leurs mêmes. Ainsi, les deux associations qui seraient les seules à représenter jusqu’à nouvel ordre les acteurs des médias, sont représentées au sein de la commission par des membres titulaires et des suppléants tous pour la plupart membres des deux bureaux dont beaucoup d’acteurs continuent de redire sur les conditions de leur installation.  Cette gestion en cercles fermés de certains problèmes très importants de la corporation des journalistes semble de plus en plus recevoir la bénédiction de l’institution de régulation des médias qui,  bien que consciente de la remise en cause assez patente de la légitimité absolue accordée aux deux associations professionnelles continuent de feindre l’existence d’une majorité de professionnels des médias qui désormais se retrouvent dans la lutte que mènent de nouvelles associations dont ils ont travaillé à la création et continuent de travailler à l’expansion. L’exclusion de ces associations de la procédure enclenchée pour l’élection du remplaçant de feu Houénontin consacre de facto l’exclusion de cette majorité de professionnels des médias qui s’y reconnaissent. Alors il n’y a pas que le pouvoir et les autres qui menacent la liberté de presse au Bénin, il y a aussi ces pratiques d’exclusion qui ont court chaque fois qu’il faut désigner des représentants de la corporation au sein des instances de prise de décisions.


 Ludovic D. Guédénon