La Nouvelle Tribune

Dernières opérations de charme: Yayi peine à séduire le peuple

Espace membre

Le président Boni Yayi, politiquement en difficulté, cherche tous les moyens pour se mettre au-dessus de la mêlée. Les balades dans les rues et les emprunts de taxis motos pour se rendre à la présidence s’inscrivent bien dans ses nouvelles stratégies pour tenter de séduire le peuple.

Qu’est-ce qu’il faut faire pour séduire les Béninois ? Visiblement, le chef de l’Etat n’a pas encore trouvé la bonne réponse à cette question. Il y a quelques jours, il était à pieds dans les rues de Cotonou et de Parakou. Vendredi dernier, il s’est rendu à la présidence de la République à moto communément appelée ‘’Zémidjan’’. Décidément, il ne manque pas d’imaginations pour tenter de séduire un peuple qui, apparemment, ne l’écoute plus. Ces opérations de charme se présentent comme ses dernières cartes, après avoir joué les précédentes. Dans un passé récent, la mouvance était championne dans l’organisation des marches de soutien tous azimuts au chef de l’Etat. A ces occasions, on chantait ses louanges. Tous les week end, c’était le sport favori des acteurs du régime du Changement. On y exploitait surtout les femmes à des fins politiciennes. Même, une nuit, elles ont marché à Cotonou pour vilipender les opposants au régime en place. Plus de deux ans après, il a été constaté que cette méthode était inefficace, puisqu’elle était un fond de commerce pour des politiciens sans base électorale. En conséquence, le peuple, dans sa grande majorité, ne porte pas le Changement dans son cœur. Alors, il faut imaginer une autre stratégie. Les Béninois ont commencé par subir les effets du matraquage médiatique. Sur les antennes des télévisions et de radios, les messages favorables au gouvernement étaient abondants. Syndicalistes et opposants étaient traités de tous les noms dans l’intention de rehausser la popularité du chef de l’Etat. Malheureusement, cette campagne médiatique à outrance s’est retournée contre ses auteurs. Pourquoi ? Le peuple veut découvrir du nouveau dans les médias. L’opposition et la Société civile ont saisi cette occasion pour dénoncer leur exclusion des médias, en l’occurrence des antennes de l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (Ortb).

Stratégie défavorable

 Après avoir noté que la mayonnaise n’a pas pris médiatiquement, faute d’une mauvaise stratégie de communication, le président Boni Yayi s’est résolu à prendre son destin en main. De là, il faut marcher pour recevoir quelques bains de foule, histoire de se rehausser un peu le moral. Apparemment, la nouvelle trouvaille est en train de connaître le même sort que les stratégies antérieures. Les uns et les autres tirent à boulets rouges sur ces sorties exhibitionnistes du chef de l’Etat. Dans leurs critiques, ils lui demandent de consacrer son temps à la résolution des problèmes de la nation.

{mosgoogle} La corruption, le clientélisme, la morosité économique et surtout la mauvaise gouvernance à une ère dite de Changement devraient trouver de solutions adéquates par le gouvernement. C’est dire que le peuple béninois ne se retrouve pas dans les balades de santé de leur président.
Le président Boni Yayi est dans l’obligation de voir la réalité en face. C’est que le peuple veut du concret à la place des discours politiques.

Jules Yaovi Maoussi