La Nouvelle Tribune

Candidat unique de l’UN: Les arguments du Frap s’opposent à Yayi

Espace membre

Le Front républicain pour une alternative patriotique (Frap) a, à travers une déclaration, fait une autopsie de l’Union fait la Nation (Un). Mais en réalité, on se demande si le Frap ne joue pas à l’autruche en imputant à l’Un certains maux qui sont constatés et vécus par les Béninois du fait de la gestion de l’actuelle équipe dirigeante qui est au pouvoir.

Tout en félicitant l’Union fait la Nation (Un) pour avoir pu désigner un candidat unique pour la présidentielle de 2011, le Front Républicain pour une Alternative Patriotique (FRAP) estime que cette coalition ne répond pas à la dynamique de paix susceptible de renforcer l’unité nationale, seul gage de préservation des acquis de notre démocratie. D’abord on ne comprend pas comment on peut apprécier une chose et la déprécier en même temps. Et l’on se demande ce que le Frap a fait ou fait pour dénoncer les atteintes à la paix qu’on note tous les jours à travers le comportement et les propos que tiennent certains de leurs compagnons de la mouvance. Mieux, on se demande si c’est en désignant Me Adrien Houngbédji comme candidat que l’Union fait la Nation, porte atteinte à la paix. Mais à ce niveau, le Frap doit pouvoir apporter des arguments pour prouver cela. A moins que leur vœu secret fût que l’Un se range derrière leur champion. Toute chose qui est impensable vu qu’il existe un déficit de confiance entre les deux parties.  D’un autre côté, le Frap indique qu’il déplore «le relent régionaliste que prône cette union qui semble privilégier uniquement le Sud de notre pays en excluant de fait les autres régions ». C’est bien curieux cette manière de penser quand on sait qu’avant d’être autorisé comme parti politique, les regroupements devraient prouver leur présence dans touts les régions du pays. Or, l’Union fait la Nation est un regroupement de partis politiques. Par conséquent, l’Un a des militants dans toutes les régions. Aussi, au sein des partis membres fondateurs, celui qui a le plus petit nombre de députés en a quatre. Ce qui montre que l’Un a une assise  nationale. Ce qui amène à demander le nombre de députés que le Frap a quant à lui. Ou apparemment, il y a méconnaissance des textes quelque part. Mais on sait également pourquoi certains ténors politiques du nord n’ont pas voulu s’afficher à visage découvert avec l’Un. Intimidation, menaces et chantages sont passés par là.  Un autre point soulevé par Frap est le fait que l’Union pense accaparer le pouvoir de 2011 à 2016 au détriment du nord. C’est également faire preuve d’une méconnaissance de l’histoire du Bénin que de penser en ces termes. Car, si on devrait se mettre à faire le point des années que les ressortissants du nord ont passé au pouvoir, on constaterait la légèreté de cet argument. Encore que ces propos qui sont attribués à l’Un ne constituent pas une loi. Mieux, ce sont les populations qui élisent le président de la République. Par conséquent, il n’y a pas de raison pour que le Frap en fasse tout un plat et fasse des interprétations aussi alarmantes et alarmistes.  Le Frap attire également l’attention sur le fait qu’avec l’Union ce sont les dinosaures du passé qui refont surface et que qu’elle est  fondamentalement dirigée contre Boni Yayi.

{mosgoogle} Une affirmation gratuite qui ne se base sur aucun fait réel. Au sein de l’Un, il y a pourtant des jeunes dont il est inutile de citer les noms. Mais également, les  membres de cette coalition ont, au cours d’une convention élaboré un projet de société. En affirmant donc que l’Union fait la Nation ne tient pour unique projet de société que le départ du président Boni YAYI en 2011, on ne peut s’empêcher de penser également que le Frap ou la mouvance n’a de son côté pour tout projet de société que le maintien au pouvoir de Boni Yayi.

Georges Akpo