La Nouvelle Tribune

Elections municipales 2008

Espace membre

Grave violation des textes par le ministre Démolé Moko
Le ministère de la décentralisation a publié mardi dernier, via certaines gazettes, des chiffres comme étant les résultats des élections municipales et locales, des 20 avril et 1er mai 2008. Un acte  anticonstitutionnel dont les conséquences peuvent être préjudiciables à la quiétude et  à l'unité de la nation béninoise.

Selon l'article 45 de la loi électorale sur les élections municipales en République du Bénin, les résultats sont proclamés par la Commission électorale nationale autonome (Cena). C'est dire que tout autre résultat annoncé par un autre organe, est nul et de nul effet. Or, le ministère de la décentralisation  a mis sur la place publique, les chiffres recueillis par ses services. D'où l'inquiétude des béninois à propos de l'objectif visé par le gouvernement. Pourquoi se substitue-t-il à la Cena ? Il est  vrai que la proclamation  des résultats par la Cena se fait attendre. Mais, cela suffit-il pour se précipiter et ventiler des chiffres qui pourraient ne pas être conformes à ceux de la Cena ? Quel but poursuit concrètement le gouvernement ? A-t-on un seul instant imaginé la réaction que pourraintt avoir les populations au cas où elles seront confrontées à d'autres chiffres de la part de la Cena ? L'inquiétude est davantage grande quand on sait que ce gouvernement a une liste engagée dans cette course aux communes. Plus étonnant, ni le ministre de la décentralisation, ni un cadre de son département  n'est monté au créneau pour annoncer publiquement les résultats reproduits par certains journaux. Des résultats dont l'origine n'est d'ailleurs pas indiquée.  Pourquoi n'ont-ils pas jugé bon de venir devant les hommes des médias en parler eux-mêmes ? On est surtout surpris par cet intérêt subit du ministre Issa Démonlé Moko pour ces élections municipales. Car, pendant que l'incertitude planait sur l'organisation des élections et que la Cena se débattait dans les misères à elle faite par le ministre Lawani, son collègue, il était presque absent des débats. C'est bizarre qu'il se rende compte soudainement qu'il est le ministre des communes. Il convient de rappeler que le ministère de la décentralisation avait déjà semé la confusion à la veille des élections avec la publication d'une brochure  qui répartissait les sièges par communes et qui n'était pas conforme aux données. Ces agissements au but inavoué du ministère de la décentralisation se situent en fait dans la même ligne que ceux du gouvernement  tout le long du processus électoral. Au nombre  des attitudes peu constructives du gouvernement, il y a ses incessants reports, les décaissements de fonds à compte-gouttes, l'infâmante affaire de vol de 50.000 cartes d'électeurs, la controverse dans le transport des matériels, et  les sorties médiatiques désordonnées de certains membres du gouvernement et des Fcbe qui remettaient en cause leur participation aux élections.  Sous d'autres cieux, il n'en a pas fallu davantage pour que des guerres surviennent. C'est pourquoi, au lieu que le gouvernement se plaise à poser des actes de pyromanie, il gagnerait à jouer son véritable rôle qui est de maintenir par tous les moyens la paix et l'unité de la nation béninoise.

B. M.