La Nouvelle Tribune

Malaise au sein des usagers de l’hôpital de Porto-Novo

Espace membre

Le Chdo sans eau depuis des jours
Les usagers du centre hospitalier et départemental de l’Ouémé et du plateau (Chdop) vivent depuis quelques jours une situation peu ordinaire qui met à mal leur vie au sein de cet hôpital de référence de Porto-novo. En effet le personnel soignant de ce centre hospitalier ne bénéficie plus depuis quelques jours de la fourniture en eau potable. 
Une situation qui causerait depuis peu de dommages aux usagers de ce centre qui n’arrivent même plus à bénéficier de certaines prestations. L’eau courante étant absente du Chdop, les malades qui doivent bénéficier des soins sont obligés d’attendre la fourniture de cette eau qui tarde toujours à arriver. Conséquences, des secteurs sensibles tels que les urgences, la radiographie, la médecine et autres sont paralysés. Par exemple, au niveau de la radio de ce centre, plusieurs malades ou accidentés attendent de bénéficier des prestations de la part des médecins et spécialistes. A en croire des sources proches de l’hôpital, la radiographie ne peut être faite sur un blessé sans l’utilisation préalable de l’eau qui servirait à rincer la plaie. Selon les mêmes sources hospitalières, l’hôpital aurait l’habitude de vivre ces genres de situation puisque la nouvelle équipe dirigeante de cet hôpital serait venue voir la défectuosité du château d’eau du Chdop. Lorsque la Soneb coupe la fourniture de l’eau dans le secteur c’était le château d’eau qui déservait pour quelques jours tout le centre. Mais depuis la défectuosité de ce château d’eau c’est le comble et des plaintes incessantes qui sont enregistrées dans le rang des usagers du centre. Selon les mêmes sources hospitalières, les autorités du Chdop auraient déjà notifié à leur supérieur hiérarchique cette situation qui tarde à être résolu.Ce ministre de la santé Késsilé Tchala doit prendre ses responsabilités à temps afin d’éviter le pire au Chdop. Sinon on ne comprend pas pour quelles raisons ce château d’eau ne peut pas être réfectionné puisqu’aux dires de certains responsables, sa réfection ne doit pas coûter les yeux de la tête.
Pour l’instant, la balle est dans le camp des autorités du Chdop pour régler définitivement cette situation qui cause beaucoup de désagréments aux usagers du centre. Ces derniers qui parfois sont obligés de déplacer leurs malades pour les faire soigner pendant cette période de coupure de fourniture en eau.
 
Ismail Kèko