La Nouvelle Tribune

Mairie de Cotonou

Espace membre

Léhady contre Soglo ?
Qui de Soglo ou de son fils Léhady briguera la mairie de Cotonou ? La question fait l’objet de quelques supputations, eu égard à certaines considérations politiques liées aux tractations au sein du G4 depuis la veille des dernières municipales.

La bataille entre père et fils aura-elle lieu ? A la mairie de Cotonou et dans certains milieux politiques, le sujet est au centre des discussions.  En entendent la proclamation des résultats définitifs et au regard des tendances qui se sont dégagées sur la base des résultats provisoires et partiels, la Renaissance du Bénin (Rb) est en passe de s’adjuger la majorité absolue et de gagner à nouveau la mairie de Cotonou. Si cette perspective se confirme, la Rb pourra donc à elle seule s’attribuer la municipalité, sans l’aide de ses alliés politiques, en l’occurrence et  dans le cas d’espèce, le Parti du renouveau démocratique (Prd). Il se posera alors la question de savoir  qui de Soglo ou de son fils Léhady va prendre la tête de la mairie. Et pour cause!
De sources proches de la mairie, l’éventualité selon laquelle l’ancien président Nicéphore Soglo allait revenir à la tête de la municipalité était incertaine. Au départ, il était plutôt question que le fils lui succède à ce poste. Mais aux dernières nouvelles, l’ancien maire, à moins d’un changement d’avis de dernière  minute, serait plutôt déterminé à rempiler. De l’avis de certains proches du parti, cette situation pourrait être source de quelques malentendus entre le père et le fils. Car, l’option de faire de Lehady le prochain maire de Cotonou répondait à une logique bien donnée. Après avoir été à l’école de l’ancien président pendant cinq ans, il fallait cette fois-ci lui confier toute la charge de la mairie, histoire de le mettre davantage au-devant de la scène et le rendre beaucoup plus crédible devant l’opinion. D’autant plus qu’il se révèle le successeur privilégié du père et le candidat naturel du parti à la présidentielle de 2011. Seulement, dans le cas où l’ancien maire ne voudrait pas s’éclipser, Lehady se verrait  alors dans la contrainte de se contenter à nouveau d’un second rôle, mais lequel ? Car, il n’osera pas affronter son père qui, incontestablement, reste et demeure la raison d’être de la Rb et de ses militants.

Sauver les meubles
En effet, la donne actuelle,  où la Rb s’en va obtenir une majorité absolue est un schéma qui n’était pas très attendu. Dans l’incertitude des résultats de Cotonou, puisque le régime en place, à travers Fcbe, avait affiché de sérieuses options pour le contrôle de la ville, le Prd et dans une moindre mesure le G13 devaient éventuellement apporter leur soutien à la Rb pour l’aider à barrer la route au pouvoir. En échange, les renaissants devraient concéder quelques postes stratégiques à leurs alliés, notamment, le Prd.  Le poste de premier adjoint au maire était celui autour duquel les tractations se faisaient. A présent que Léhady n’est plus sûr d’être candidat au poste de maire, il ne voudra pas non pus être moins que ce qu’il avait été. Dans ces conditions, le Prd va devoir revoir ses ambitions à la baisse.
Les Tchoco-tchoco accepteront-ils de faire la concession ? Certainement. Et pour deux raisons. La première est que leur soutien n’est plus indispensable à la Rb pour atteindre ses objectifs. Ensuite, la nouvelle cohabitation avec les Houézèhouè est stratégique pour le Prd, puisqu’en  2011 son candidat  aura besoin de son soutien, s’il parvient à passer le cap du premier tour, et si entre temps la Rb  ne change pas d’avis et  récidive un nouveau Wologuédé en faveur de l’homme du changement, comme ce fut le cas en 2006. Dans l’attente donc des  résultats de la Cena, les discussions se poursuivent, d’une part, entre père et fils et de l’autre, entre alliés pour trouver la meilleure formule devant permettre de sauver les meubles.

Alain C. Assogba