La Nouvelle Tribune

Lancement de la plaquette « Le Bénin à la croisée des chemins »

Espace membre

Un plaidoyer pour la paix 

(Les auteurs craignent le scénario «Wahala»)
Les 6 et 7 mars derniers, réunis à Possotomé, des membres de la société civile ont passé au peigne fins la situation socio-politique que vit depuis quelques mois notre pays. Le diagnostic fait froid dans le dos : le Bénin glisse vers des violences post électorales. Cependant il existe encore  une lueur d’espoir. Au cours de ce que les organisateurs ont appelé « retraite citoyenne », plusieurs raisons ont été identifiées comme étant le terreau fertile à la violence.  Ainsi, ils ont relevé la situation conflictuelle entre la mouvance et l’opposition, le déficit de confiance entre les acteurs politiques, l’ethnicisation du débat politique, l’agitation exacerbée au plan social et le manque de références morales.  A cette liste, il faut ajouter l’instrumentalisation des forces citoyennes et la vulnérabilité des médias. Le diagnostic ainsi posé pourrait aboutir à un certain nombre d’hypothèses qui pourraient être catastrophiques si les acteurs socio-politiques ne prenaient la mesure de la situation. Comme hypothèses,  les acteurs de la société civile pensent que le processus électoral sera pénible et de mauvaise qualité. Ceci en  ce sens qu’il sera difficile d’adopter de nouvelles législations dans le domaine quelque soit l’objectivité qui les caractériseraient. La bipolarisation de la classe politique est également un facteur favorable à ce scénario. En second lieu, le pays pourrait connaître une période électorale tendue pour la raison que les éclections susciteront  des contestations contre les différentes institutions impliquées dans son organisation. Surtout que déjà, les institutions de recours sont taxées de partisanes, il n’en sera pas autrement pour les résultats. Du coup, les escalades pourraient vite être  franchies. Face à cette situation, les acteurs de la société civile proposent que déjà les principes de gouvernance politique soient respectés.

{mosgoogle}Ils suggèrent également que le rôle et la place des organisations non gouvernementales et les confessions religieuses soient bien définis.  Enfin, le système électoral doit être réformé.  Dans les jours à venir, les auteurs de la plaquette « le Bénin à la croisée des chemins » pensent descendre au sein des populations afin de commencer une campagne citoyenne en faveur de la paix, de la démocratie et de l’Etat de droit.

Benoît Mètonou