La Nouvelle Tribune

Session extraordinaire sur la Lépi

A lire

Gambie : arrestation du patron des renseignements de Jammeh

France : Sarkozy passe de la politique à l’hôtellerie

se connecter
se connecter
Quels seront les effets de la destitution du député Epiphane Quenum de la tête de la Commission politique de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cps/Lépi) sur l’attitude de l’opposition à l’Assemblée nationale ? Le bouleversement des données à la Cps/Lépi peut amener l’opposition à réviser sa position. Soit, elle prend la décision de retirer sa loi, en espérant contrôler l’institution en charge de l’établissement de la Lépi. Ce faisant, elle prend un risque, puisque le chef de l’Etat fera de son mieux pour la mettre en déroute, si elle ne prend pas garde. Et c’est là où il faut voir si la destitution de M. Quenum n’est pas un piège pour l’Union fait la Nation. Ou bien, les opposants poursuivent la lutte au Parlement jusqu’à l’abrogation de la Lépi. Là, la Cps/Lépi serait dissoute. En conséquence, les investissements faits jusque-là seront nuls et de nul effet. C’est donc à l’opposition de savoir jouer.

Jules Yaovi Maoussi