La Nouvelle Tribune

Pour cause de rapport non disponible

Espace membre

La plénière sur l’abrogation de la Lépi reportée à vendredi prochain

Les députés initiateurs de la proposition de loi portant abrogation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) et du Rena ne sont pas encore au bout de leur peine. Après le ping-pong organisé en début de semaine par le Chef de l’Etat et son entourage sur ce dossier en demandant son irrecevabilité puis suite au retrait de la décision, c’est autour de la  commission des lois présidée par Hélène Aholou Kèkè de bloquer une fois encore le processus devant aboutir au vote de retrait de cette Lépi. En effet, avant l’ouverture officielle de la séance plénière, le président de l’Assemblée nationale a convoqué la conférence des présidents pour des mises au point avant l’entrée à l’hémicycle. Une fois cette réunion terminée, les députés  membres de «l’Union fait la Nation» ont décidé de se concerter pour les derniers réglages et savoir quelle position adoptée avant l’examen de ladite proposition de loi en plénière. Cette rencontre aura duré plus de six heures d’horloge. Se faisant trop attendre puisque la réunion ne prenait pas fin, le président Mathurin Nago fit son entrée précipitée au sein de l’hémicycle pour le début des travaux. Après la vérification du quorum et la lecture des communications et du compte rendu sommaire de la séance précédente, le député Psd Jean-Baptiste Edayé demandera 30 minutes de suspension au nom de son groupe parlementaire afin d’achever les discussions et conciliabules entamées. Ce qui lui fut accordé par le président de séance Mathurin Nago. Au lieu de 30 minutes, il a fallu environ une heure d’horloge avant la reprise de la séance. Mais contre toute attente, la présidente de la commission des lois en charge du dossier annonça que le rapport n’est pas encore finalisé et prêt.

{mosgoogle} Elle demandera que le président de l’Assemblée nationale lui accorde un délai supplémentaire de deux semaines pour achever le rapport. Ce qui n’a pas été de l’avis des députés de l’opposition. De vifs débats ont été alors suscités autour de la date. Finalement, au terme des débats, il a été retenu par la plénière que le rapport soit déposé dans un délai d’une semaine au plus tard. Ainsi, il a été retenu que la date de la prochaine séance plénière soit fixée au vendredi 12 mars prochain. C’est sur cette décision de la plénière que les députés se sont séparés.

I. K.