La Nouvelle Tribune

Bilan des 20 ans de la démocratie béninoise

Espace membre

Célestine Zanou appelle à un dialogue national

C’est à sa résidence à Abomey-Calavi que la présidente de la « Dynamique du changement pour un Bénin debout » a échangé avec la presse. Un entretien basé sur trois axes principaux : le sens de la conférence nationale des forces vives de février 1990, le bilan qu’il faut en faire vingt ans après et enfin le futur qui pourrait être celui des acquis de ces assises mais surtout le rôle que peut jouer Célestine Zanou pour leur sauvegarde et leur utilité pérenne. Des questions d’actualités ont enrichi le menu. La démarche de Madame Célestine Zanou s’inscrit dans l’ère des temps : le vingtième anniversaire de la Conférence nationale des Forces vives de la Nation qui a permis aux Béninois d’opter pour la démocratie. Elle a alors voulu partager le sens qu’elle donne à cet événement qui bouleversé toute l’Afrique.

« Une démarche de dialogue pour aboutir à un consensus »

Pour l’ancienne Directrice de cabinet du président Mathieu Kérékou, l’esprit de la conférence des Forces vives de la Nation se résume en deux mots : « Dialogue, Consensus ». Elle estime que cet esprit devrait être conservé et doit servir de guide dans les moments comme celui que vit actuellement le Bénin. Puisque cette méthode répond aux réalités de notre société. Elle ne manquera pas de rendre hommage à tous ceux qui étaient dans le feu de l’action comme dans l’ombre. Même les chauffeurs ont reçu des hommages de la part de la présidente de la dynamique du changement pour un Bénin debout. Il s’insurge donc contre le formalisme de « simple souvenir protocolaire » qui caractérise la célébration de la Conférence nationale.   

Un bilan pas encore catastrophique

En ce qui concerne le bilan, Célestine Zanou estime qu’il n’est pas encore catastrophique quand bien même il n’est pas reluisant. Mais cette catastrophe ne pourrait être évitée que grâce à un recours à l’esprit de la conférence nationale. Pour elle, l’acquis principal est l’option démocratique qui sert de boussole aujourd’hui au peuple béninois. Elle évoquera ensuite des actes qui visaient la consolidation de cette démocratie. Dans son exposé, elle a rappelé la conférence économique nationale de décembre 1996 dont elle a conduit l’équipe technique de préparation avant d’être la secrétaire générale des assises. Le programme d’action du gouvernement (Pag) dont elle a conduit l’élaboration et qui a suscité l’admiration de plusieurs pays africains, en est également un. Elle pense qu’une dynamique était mise en branle pour que le Bénin connaisse un développement économique dans un climat pacifié. Mais depuis 2006, se désole-t-elle, certaines difficultés se sont aggravées car, une échelle des valeurs  fait défaut dans la conduite des affaires. C’est pourquoi, elle souhaite un retour aux valeurs. Principes qu’elle n’a de cesse de prôner à travers son creuset « Dynamique du changement pour un Bénin debout ».

Un dialogue national pour un nouveau départ

L’axe 3 de l’entretien avec Madame Zanou est centré sur le futur qu’elle entrevoie pour les acquis de la conférence nationale et le rôle qu’elle pourrait y jouer. A cette question, elle estime qu’il faut adopter l’adage populaire qui enseigne que « c’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle ». Pour elle, la conférence a déjà jeté les bases consensuelles de la démocratie et de l’Etat de droit dans notre pays. Il faut donc s’en référer. Mais elle pense également que le multipartisme intégral adopté lors de cette conférence nationale a montré ses limites et qu’il est temps d’en discuter.

{mosgoogle}Elle pense qu’il faut travailler à l’édification du Bénin en limitant au maximum les espaces de désaccords, de rancœurs et de rancunes. C’est pourquoi elle appelle de toutes ses forces à un dialogue national pour débattre des questions telles que la Lépi, la révision de la Constitution, la réforme du système partisan et bien d’autres questions d’importance nationale. Elle a, à ce propos, affirmé son entière disponibilité à mettre son expérience au service de la réussite de ce projet.

Benoît Mètonou