La Nouvelle Tribune

Après les élections communales

Espace membre

Rude bataille autour du contrôle des mairies
La tâche n’est pas du tout facile pour les futurs conseillers communaux et municipaux qui seront appelés à élire les prochains maires. En attendant les résultats provisoires de la Cena et depuis l’annonce des premières tendances qui donneraient favorites certaines listes dans certaines communes, c’est déjà la guerre de leadership au sein des différents états majors des partis politiques pour contrôler les fauteuils des communes.

En effet, dans certaines communes du département de l’Ouémé par exemple où le Prd aurait gagné la majorité des conseillers, chacun des conseillers tire le drap de son côté. Dans la ville de Porto-Novo où le Prd de Me Adrien Houngbédji est largement en tête, plusieurs candidatures seraient déjà annoncées pour occuper le fauteuil de maire. C’est le cas de l’homme d’affaire David Biokou, Désiré Kitoyi qui est l’un des fidèles compagnon du président du Prd, de l’ancienne ministre des enseignements primaire et secondaire Colette Houéto, sans  oublier l’actuel maire Bernard Dossou un des fidèles militants du Prd qui est candidat à sa propre succession. Mais il faut noter que dans tout ce lot, le dernier mot revient au bureau politique du parti et son président Me Adrien Houngbédji qui donnera au moment opportun les dernières consignes de vote. Pour les communes envoisinantes telles que Avrankou, Adjarra, Akpro Missérété où les premières tendances ont donné gagnante la liste du Prd, les probables maires sont déjà connus et ne susciterait guère de bataille. En ce qui concerne les mairies qui n’ont pas encore une majorité confortable de conseillers, des négociations se font déjà pour le contrôle de ces mairies. Ce serait le cas de la commune de Dangbo dans la vallée de l’Ouémé, la commune de Pobè dans le Plateau et autres. Mais il faut dire que dans tous les cas, le contrôle de ces mairies ne sera pas une tâche facile pour les leaders de ces formations politiques qui ont du pain sur la planche pour
 faire imposer leur joker. Surtout que dans certaines communes, des militants boudent déjà des noms de probables maires qui circulent.

Ismail Kèko