La Nouvelle Tribune

Mouvance présidentielle

Espace membre

La guerre de leadership fait rage

La Convention nationale de l’Union fait la Nation a été l’occasion pour les responsables de l’Union pour la majorité présidentielle plurielle (Umpp) et des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) de laisser transparaître au grand jour, la guerre de préséance qui fait rage en leur sein. A la cérémonie d’ouverture de la Convention nationale de l’Un, étaient présents entre autres invités, le coordonnateur des Fcbe, Eugène Azatassou et Ibrahima Idrissou, vice-président de l’Umpp. Après le discours malvenu du premier, le second, Idrissou Ibrahima a avant tout propos, tenu à faire une mise au point. Il a clairement signifié que la Fcbe faisant partie intégrante de l’Umpp, c’est son adresse à la Convention qu’il fallait considérer. Même si c’était dit sur un ton ironique, c’est évocateur du climat qui règne au sein de la mouvance. Cette remarque est l’expression même de la guerre de leadership qui se mène en sourdine au sein de la mouvance présidentielle. Du coup, on se demande si ce n’est d’ailleurs pas l’une des raisons de la floraison des clubs électoralistes pompeusement qualifiés de partis politiques que créent certains membres de la mouvance. Ce désolant spectacle offert devant des adversaires politiques prouve que ce n’est pas demain la veille des dissensions qui minent la mouvance. Quand bien même on connaît la nature d’Idrissou Ibrahima, il aurait pu prendre le temps d’aller laver le linge sale en famille.

{mosgoogle}Mais, en fervent adepte du Général Mathieu Kérékou, il a préféré lancer le pavé dans la marre et ce, devant tout le monde. Ceux qui pensent que la mouvance présidentielle doit être disciplinée n’ont sûrement pas tort. Il s’agit pour le président de la République, champion des regroupements politiques, et qui est porté à bout de bras par la kyrielle de partis qui naissent chaque jour, de siffler la fin de la récréation et d’ordonner troupe. Laisser la situation telle, revient à donner raison à un député qui grossit depuis quelques mois les rangs de la mouvance et qui estime que de ce côté du pouvoir, ils sont des adolescents politiques.

B. M.