La Nouvelle Tribune

Visite de l’échangeur de Godomey

Espace membre

Yayi et ses ministres cafouillent

La cacophonie et le désordre qui règnent autour du Chef de l’Etat se sont révélés au grand jour lors de la dernière visite du Chef de l’Etat sur le site de construction de l’échangeur de Godomey. En étalant publiquement leurs malentendus, les ministres de Yayi montrent la gravité du malaise qui ronge ce gouvernement et qui le plonge perpétuellement dans les erreurs.

Beaucoup de béninois ont été abasourdis par les images diffusées par la télévision sur la dernière visite du Chef de l’Etat sur le chantier de la construction de l’échangeur de Godomey. Images insolites et humiliantes montrant le président en désarroi et embrouillé par les déclarations discordantes de ses ministres. Ayant constaté le blocage des travaux  connexes de viabilisation du site, il interpelle le ministre des travaux publics Nicaise Fagnon  sur la raison de ce blocage. Ce dernier n’y est pas et commence à bégayer et à avancer de faux prétextes. Alors le ministre des finances Idrissou Daouda rétorque et affirme qu’il y a « un trop-perçu de près de 535 millions » qui est resté au niveau de son collègue Fagnon et qu’il n’a pas daigné reverser au trésor public pour financer les autres travaux. Le ministre Fagnon voulut nier mais il est confondu par son Drfm, interrogé par le Chef de l’Etat, qui reconnaît le trop-perçu. Pour aider son ministre à se retrouver, le Directeur de Cabinet Donné Amouzoun ouvre au ministre Fagnon la partie du document qui concerne cette affaire. Ce dernier commence à consulter le document auquel il ne comprenait pas visiblement grand-chose et laisse son Drfm se défendre devant le Chef de l’Etat. Le reste sera aussi ridicule et humiliant pour notre pays. Des ministres répondant en chœur, comme des écoliers de la maternelle, « oui, Monsieur le président » aux injonctions du président Yayi pour camoufler leurs défaillances techniques qui se révèlent désormais à la face du monde. Ce cafouillage, relance la polémique sur la maîtrise des dossiers techniques par ces ministres. En effet, l’une des nouveautés du régime du changement est l’absence continue et permanente de certains ministres au bureau, obligés qu’ils sont à suivre le Chef de l’Etat dans ses périples interminables à l’intérieur du pays.

{mosgoogle}Au finish, ils tombent dans la médiocrité et ne maîtrisent plus les dossiers techniques de leurs ministères. Il montre également que l’esprit d’équipe et la solidarité ont déserté le forum au sein de ce gouvernement où chacun veut sauver sa tête devant le président et ne veut porter les responsabilités des nombreux scandales engendrés par le gouvernement. Idrissou Daouda peut donc désavouer publiquement son collègue Fagnon sans vergogne. C’est ainsi que fonctionne ce gouvernement, pourtant assis sur une charte signée ostentatoirement par tous les ministres du premier gouvernement. Mais au lieu de mettre fin à cette pagaille qui rend le gouvernement inefficace, Yayi  semble s’y complaire et y trouver un motif d’affirmation d’une autorité qui perd un peu chaque jour de sa superbe.

Marcel Zoumènou