La Nouvelle Tribune

Funérailles de Monseigneur Lucien Monsi Agboka

Espace membre

Un hommage mérité à un illustre disparu
Le vendredi dernier, à l'église Saint Michel, les fidèles, tout le prélat et les  autorités politico administratives ont rendu un dernier hommage à l'illustre disparu, l'archevêque Lucien Monsi Agboka .Une cérémonie eucharistique a été organisée sur de sa dépouille.
Le  recueillement qui a été organisé vendredi dernier en l'honneur de l'illustre disparu. L'église catholique de saint Michel était archicomble. Une preuve d'amour et de reconnaissance  des chrétiens catholiques envers ce grand homme.   Autorités et fidèles de l'église catholique ont accompagné la dépouille de l'illustre disparu dans sa dernière demeure. La  cérémonie a connu  la  forte participation de presque tout le clergé béninois    sous la direction  du cardinal Bernardin Gantin   qui a procédé à la bénédiction  de la dépouille.
.Les fidèles gardent de lui des images positives et cela resterait gravé dans leur coeur assez longtemps. " Il n'a semé rien que l'amour et c'est une grande vertu que chacun de nous doit cultiver ".Mon seigneur Lucien Agboka a marqué tous ceux qui l'ont côtoyé par ses œuvres humanitaires. Quelques témoignages
Pour L'archevêque de Cotonou, Marcel Agboton, l'illustre disparu est un  repère. Quant  à l'évêque Vincent Mensah, feu  Agobka a cultivé la vertu  de l'amour et  il revient  à tout le monde  de cultiver  ce grain d'amour. Les autorités  politico-adminstratives ont aussi loué les qualités de l'illustre disparu. L'ancien  président du Conseil économique  et social, Valentin Agbo a déclaré que  c'est un grand  bâtisseur qui s'en est allé.  Pour l'actuel  président du Ces, Raphiou Toukourou,  Monseigneur Lucien Agboka fut un   évêque émérite, extraordinairement positif et un homme de grande qualité  pour ne pas dire  le père des démunis et des pauvres. 


Encadré

Quelques témoignages
Pour L’archevêque de Cotonou , Marcel Agboton, l’illustre disparu est un  repère,  un grain  qui tombe à terre et que nous ne cesserons de feuilleter la vie terrestre. Quant  à l’évêque Vincent Mensah, feu  Agobka a cultivé la vertu  de l’amour et  il revient  à tout le monde  de cultiver  ce grain d’amour. Au-delà des  témoignages des prélats, les autorités  politico-adminstratives ont aussi loué les qualités de l’illustre disparu. C’est ainsi que l’ancien  président du Conseil économique  et social, Valentin Agbo a déclaré que  c’est un grand  bâtisseur qui s’en est allé.  Pour l’actuel  président du Ces, Raphiou Toukourou,  Monseigneur Lucien Agboka fut un   évêque émérite, extraordinairement positif et un homme de grande qualité  pour ne pas dire  le père des démunis et des pauvres.
Esther Badou