La Nouvelle Tribune

Créations tous azimuts de partis politiques dans la mouvance

Espace membre

Boni Yayi et ses ministres se contredisent

Plusieurs ministres du gouvernement actuel ont ouvert une entreprise de création tous azimuts de partis politiques, quand bien même cela entre en contradiction avec les idéaux du chef de l’Etat qui prônait des grands regroupements pour réduire le nombre pléthorique de formations politiques au Bénin. Ce qui montre qu’on fait le contraire de ce que l’on dit dans le Changement.  « Je souhaite avoir de grands rassemblements politiques dans mon pays… ». A plusieurs reprises, le chef de l’Etat a répété cette phrase. Son ambition était de réduire le nombre pléthorique de partis politiques au Bénin. Quelques mois seulement ont suffi pour constater avec amertume que ce discours du président Boni Yayi était loin de la réalité. Pourquoi ? Cet idéal qui aurait permis d’assainir le paysage politique béninois est foulé au pied par des premiers adeptes du régime du Changement au vu et au su de leur premier chef. En effet, depuis quelque temps, les membres du gouvernement actuel se sont lancés dans la création de partis politiques comme si avoir sa formation politique est la condition obligatoire pour mériter sa place dans l’Exécutif. Christine Ouinsavi du Commerce, Mamata Djaouga du Tourisme, Victor Topanou de la Justice, Roger Dovonou de l’Industrie et autres ont déjà chacun leur parti. Selon les informations, d’autres le feront encore dans les semaines à venir.
 Cela n’étonne guère, alors qu’un nouveau remaniement ministériel s’approche à grands pas. Dès lors,  chacun veut avoir quelque chose dans son sac pour négocier sa place au gouvernement. Le Chef de l’Etat lui-même, apparemment y trouve son compte, même si la multiplicité des partis politiques est en nette contradiction avec ses discours politiques sur le sujet. Pour preuve, il voit le phénomène se poursuivre. Le moment venu, ne va-t-il pas se vanter du nombre pléthorique de formations politiques qui soutiennent sa candidature ? Certainement oui.

Leçons à Yayi

Au moment où des partis politiques se créent et s’entredéchirent dans la mouvance, on observe néanmoins de grands rassemblements au sein de l’opposition. On parle aujourd’hui de l’Union fait la Nation. Elle est composée de grands partis politiques tels que le Parti du renouveau démocratique (Prd), la Renaissance du Bénin (Rb), le Parti social-démocrate (Psd), le Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep) et de l’alliance Force-clé. Ce bloc entend avoir un seul candidat pour la prochaine élection présidentielle.

{mosgoogle} D’un autre côté, il y a le G13 qui constitue un grand regroupement même si en son sein il y a quelques frayeurs. Cela devrait donner des leçons aux éléments du pouvoir en place, car ils doivent savoir que la multiplicité des partis politiques dans leur propre camp est un signe de division. « L’excès en toute chose nuit », dit-on. La situation est encore plus complexe pour le pouvoir surtout que la plupart de ceux qui créent ces formations politiques n’ont aucune base électorale. Il appartient au chef de l’Etat de prendre ses responsabilités pour assainir son entourage.

Jules Yaovi Maoussi