La Nouvelle Tribune

Création du parti Orange

Espace membre

Les jeunes optent pour une nouvelle option politique

Le parti ‘’Orange’’ a été porté sur les fonts baptismaux samedi dernier au palais des congrès à Cotonou par des jeunes qui veulent faire de la politique autrement. Ils dénoncent le spectacle désolant qu’offrent au peuple béninois la mouvance et l’opposition.  « La création du parti Orange se veut être une solution à la situation caractérisée par une disparité entre les dirigeants et les populations à la base se manifestant par l’intérêt protégé de la minorité contre celui de la majorité », a déclaré, le président du tout nouveau parti politique béninois présidé par Xavier Gouclounon, ce week-end à Cotonou. En portant sur les fonts baptismaux cette formation politique, il a indiqué qu’il a choisi la voix du peuple. « Ce que nous voulons faire est une nouvelle expérience en Afrique où l’absolutisme est la forme de gouvernance la plus répandue. Nous devons faire école », a-t-il précisé. Pour y arriver, M. Gouclounon pense améliorer le bien-être des populations, repenser la politique économique, remettre l’homme au cœur de toute action et en faire le soubassement du programme d’action politique, veiller à ce qu’un programme politique ne soit un catalogue de mesures, de promesses, d’engagements. « Il doit d’abord être projet cohérent, avec une prise en compte de données verticales et horizontales, de dimensions qui s’imposent dans tous les secteurs et à tous les niveaux », a-t-il précisé. Pour ce faire, Orange entend combattre le fatalisme pour laisser place à l’action qui libère, le mal pour le bien, l’injustice, la trahison pour la loyauté et la délinquance économique pour la prospérité partagée. Selon ses propos, si le politique, par définition, est un médecin généraliste qui doit s’occuper de l’ensemble du corps social, tout l’organisme, et non d’un ou de quelques organes, alors chaque militant Orange sera formé pour devenir l’élite politique attendu.

       Pourquoi le parti Orange ? Cette formation politique tient son originalité dans le retard de concevoir une véritable politique de développement qui place l’homme dans son potentiel de ressources inépuisable de transformation de son environnement. Dès lors, sa vision est de faire du Bénin, le pays de la stabilité sociale et économique par la définition des priorités claires. Il s’agira de focaliser l’action publique sur les secteurs vitaux qui garantissent l’équilibre socio-culturel, faire du Bénin une nation bien instruite et la prise en compte effective de la jeunesse dans le développement.

L’opposition et la mouvance étaient représentées. L’Upr, le Psd, le Nep, le Rbnv et autres étaient de la partie. Tous ont salué la détermination des jeunes du parti Orange à faire la politique autrement. Ils sont centristes. Ils critiquent le pouvoir et l’opposition en cas de dérives. L’option sera-t-elle maintenue pour longtemps ?
Jules Yaovi Maoussi