La Nouvelle Tribune

Le ministre Fagnon réussit son passage devant la commission budgétaire

Espace membre

Le ministre des travaux publics et des transports Nicaise Fagnon est passé hier devant la commission budgétaire à l’Assemblée nationale. Après environs  six heures passées devant les députés, le ministre Fagnon a fini par convaincre les honorables députés par rapport à son projet de budget pour la gestion 2010 estimé à 133.861.009.000 francs CFA contre 108.697.562.000 francs CFA soit une augmentation de 23,15%. Cette augmentation se justifie par la nécessité d’achever les chantiers en cours, de lancer et de poursuivre les nouveaux chantiers dans une vision de développement équilibré entre les régions. En ce qui concerne le Pip, il est passé de 104.077.000.000 francs CFA en 2009 à 128.966.670.000 en 2010. La contribution du budget national est estimée à 84.817.401.000 francs CFA soit 65,8% contre 44.129.268.000 francs de ressources extérieures  comprenant 12.221.268.000 francs CFA. A en croire le ministre Nicaise Fagnon au terme des travaux, ce budget permettra de poursuivre les actions de travaux d’aménagement et de bitumage de la route Akpro-Missérété-Dangbo-Kpédékpo, l’aménagement et la construction de la sortie ouest de Cotonou, la construction de l’échangeur de Godomey et les travaux d’entretien de plusieurs axes routiers. Entre autres actions, l’ouverture de nouveaux chantiers et autres. Outre ces grands travaux, le ministre a confirmé la poursuite de la mise en œuvre du  programme d’urgence de désenclavement de toutes les localités du Bénin à travers l’ouverture des voies, le profilage lourd et léger, le traitement des points à temps, la construction des caniveaux, des dalots, l’acquisition  et la pose de ponts métalliques dont le but est de rendre praticables en toute saison les routes et pistes du Bénin.

{mosgoogle}Dans ce cadre, il serait prévu dans le budget national 2010 un montant de 11,6 milliards de francs CFA. Il faut dire que plusieurs questions d’éclaircissement et de compréhensions ont été posées par les députés. Pour certaines questions, elles seront envoyées par écrit.

Ismail Kèko