La Nouvelle Tribune

Porto-Novo/ Visite inopinée du chef de l’Etat au Chdop

Espace membre

Les opérations de charme de Yayi

Après la descente du chef de l’Etat à Porto-Novo pour les festivités de l’Aïd El Fitr, Boni Yayi vient d’effectuer hier une seconde descente dans la cité des Aïnonvis. Mais cette fois-ci, une visite inopinée au centre hospitalier et départemental de l’Ouémé et du Plateau (Chdop).

L’objectif de cette visite est de s’enquérir des réalités de ce centre hospitalier et des conditions de travail du personnel, suite aux informations qu’il a reçues de son entourage qui feraient état de la situation aggravante au sein de cet hôpital. Il était accompagné pour la circonstance du ministre des finances et de l’économie Idriss Daouda, du ministre de la réforme portuaire Soulé Issa Badarou et du ministre en charge de la santé Issifou Takpara. Le chef de l’Etat et sa délégation, assisté du directeur de l’hôpital, a fait le tour des urgences, de la maternité et du bloc opératoire afin de s’enquérir des conditions de travail des agents et les conditions dans lesquelles les patients sont traités. Au terme de cette visite de certains blocs, le chef de l’Etat a effectué une séance de travail avec le personnel en présence des responsables du Chdop. A cette occasion, le secrétaire général du syndicat des travailleurs contractuels du Chdop (Syntraco) Michel Houémagnon profitera pour présenter l’ardoise des doléances du personnel contractuel du centre hospitalier qui se résume essentiellement aux problèmes internes dont celui de l’Obss, du reversement de certains agents, des difficultés pour la cuisine dudit centre.

{mosgoogle} Prenant la parole, le chef de l’Etat Boni Yayi dira qu’il y a plus de peur que de mal compte tenu des informations qui lui ont été données. Il donnera entre autres de conseils aux agents, notamment en les invitant à cesser les querelles de personnes et à travailler la main dans la main. Il leur a aussi demandé de cultiver la paix tout en évitant de politiser l’administration de l’hôpital.

Ismail Kèko