La Nouvelle Tribune

Boni Yayi veut-il forcer l’admiration des Aïnonvis ?

Espace membre

Cette seconde visite de Porto-Novo suscite déjà moult interrogations jusqu’au point où des langues se délient pour parler d’opération de charme du chef de l’Etat dans le fief de l’opposition, en l’occurrence du Prd de Me Adrien Houngbédji.

En réalité, Boni Yayi veut-il réellement marquer de son empreinte la ville de Porto-Novo qui abrite l’année prochaine les festivités du cinquantenaire de la fête de l’indépendance du Bénin ou a-t-il d’autres visées? On se rappelle que le jour de la fête du ramadan, il s’est rendu à la mosquée Idi d’Agbokou pour soutenir la communauté musulmane de Porto-Novo. D’aucuns croyaient que le chef de l’Etat ne se préoccupait pas de la ville de Porto-Novo et qu’il ne faisait rien à moins d’un an de ces festivités du 1er août 2010. Erreur, il a reçu même en audience il y a quelques jours le maire Océni Moukaram afin qu’ils discutent des derniers détails pour les préparatifs de la fête. Même si des injonctions auraient été données par le président de la Boad au chef de l’Etat par rapport au retard observé dans la mise en place d’un fonds de 4 milliards de prêt de la Boad pour la construction de la voie devant abriter le défilé, une séance de travail a eu lieu entre le chef de l’Etat et le maire de Porto-Novo.

{mosgoogle}C’est la preuve que Boni Yayi veut marquer maintenant de son empreinte cette fête du 1er août 2010 ; la dernière pour son quinquennat. Un enjeu de taille pour le locataire de la marina qui fait d’ores et déjà des pieds et des mains pour rempiler en 2011.