La Nouvelle Tribune

Sortie médiatique du procureur Amoussou

Espace membre

La réplique de Saka Fikara

Le procureur près la Cour d’appel de Cotonou Georges Amoussou est monté au créneau le week-end dernier à l’occasion d’une sortie médiatique dans l’affaire de l’arrestation du maire de Dangbo Clément Gnonlonfoun. Le procureur Georges Amoussou a donné des explications sur les contours de ce dossier sans pouvoir convaincre les leaders de l’opposition ainsi que les avocats constitués pour la défense du maire incarcéré.

Outre les explications fournies par les avocats pour dénoncer la politisation du dossier, la réplique du député du Mds Saka Fikara premier questeur à l’Assemblée nationale 5è législature ne s’est fait pas attendre. Ce fût à l’occasion d’une déclaration rendue publique à la presse au palais des gouverneurs à Porto-Novo où ce dernier a relevé des contrevérités dans les explications du procureur. Le député s’est inquiété et s’est dit ahuri par rapport à la façon dont l’appareil judiciaire de notre pays est politisé. Pour Saka Fikara, la sortie médiatique du procureur Georges Amoussou ne fait que confirmer la politisation à outrance du dossier sinon, comment comprendre qu’un procureur de son rang vienne répondre aux politiques. Le député Saka Fikara est revenu sur certains aspects développés dans le dossier par le procureur car ce dernier aurait fait économie de vérité. A en croire Saka Fikara, le procureur aurait déclaré que le maire de Dangbo n’est pas le seul Opj en prison sous le régime du changement citant le cas d’un chef d’arrondissement et des conseillers communaux arrêtés.

{mosgoogle} Balayant ces allégations du revers de la main, Saka Fikara précisera qu’il n’y a jamais eu un maire Fcbe mis en prison. Il poursuit en dénonçant la politisation du dossier surtout par le ministre de la justice. Le régime d’exception évoqué par le procureur a été contredit par l’argentier du parlement qui a même donné le cas de sa propre détention pendant 5 années sous le régime du Prpb. D’autres points ont été également relevés par le questeur pour confondre le procureur de la Cour d’appel de Cotonou dans ce dossier.

Ismail Kèko