La Nouvelle Tribune

Marche de soutien au maire de Dangbo

Espace membre

Une foule dans les rues de Porto-Novo

Le mercure a une fois encore monté hier dans la ville de Porto-Novo suite à la marche de soutien organisée par les leaders de l’opposition. Ces derniers exigent en effet la libération du maire de Dangbo détenu à la prison civile de Porto-Novo pour une affaire de détournement de 2.460.000 FCFA.

Après son audition le mercredi dernier à la Cour d’appel de Cotonou, le maire Clément Gnonlonfoun est toujours privé de sa liberté. Pour manifester leur mécontentement et leur indignation face au diktat du pouvoir Yayi, les leaders de l’Alliance ‘’Union fait la Nation’’ et leurs militants ont envahi très tôt les artères de la ville de Porto-Novo. Ils avaient à leur tête le président Adrien Houngbédji, Séfou Fagbohoun, Lazare Sèhouéto, Idji kolawolé, Léhady Soglo, le premier questeur de l’Assemblée nationale et président du Mds Saka Fikara, l’ex questeur Patrice Gagnito et Montcho représentants le Psd de Bruno Amoussou ainsi que des députés, les maires et les conseillers communaux de l’Ouémé-Plateau sans oublier les responsables à divers niveaux des sous sections et sections du Prd à Porto-Novo. On pouvait constater la marrée humaine qui a envahi les rues de Porto-Novo en scandant des slogans et cris hostiles au régime du changement.  Le départ a été pris au carrefour Catchi à Porto-Novo en passant par la devanture de l’Assemblée nationale pour finalement échouer à la préfecture de Porto-Novo. Une déclaration a été lue au préfet François Houessou asssité du commandant du groupement Sud de Porto-Novo. Dans la déclaration, le porte-parole Alimi Raoufou, président d’une sous section Prd fera le procès du régime du changement et les conditions dans lesquelles les libertés publiques et la démocratie chèrement acquises sont mises à mal par les partisans du pouvoir. La déclaration du président Adrien Houngbédji vient enfoncer davantage le clou. Puisque, très acerbe, il est revenu sur la conférence nationale et a dénoncé pour finir les dérives du changement. Comment la paix a été sauvegardée après la proclamation des résultats des dernières présidentielles, le refus du pouvoir Yayi d’installer des conseils communaux qui ne leur sont pas favorables ainsi que les dérives de ses partisans aux dernières législatives à Porto-Novo qui a dégénéré avec des arrestations arbitraires.

{mosgoogle} Il faut préciser que durant toute la marche, les manifestants ont été encadrés par les éléments de la police nationale et de la gendarmerie qui ont été débarqués en masse sur le terrain. Mais aucun incident n’a été enregistré au cours de cette marche pacifique. Une réunion devrait se tenir ce jour à Cotonou par les leaders de l’opposition afin de savoir si une autre marche sera organisée dans les rues de Cotonou pour soutenir le maire Clément Gnonlonfoun et exige sa libération.

Ismail Kèko