La Nouvelle Tribune

Détention de Clément Gnonlonfoun

Espace membre

Les étudiants et jeunes de la vallée demande la libération de leur maire

Les jeunes et étudiants ressortissants de Dangbo élargis à ceux de la vallée de l’Ouémé ont rompu hier le silence à propos de la détention du maire de la commune de Dangbo Clément Gnonlonfoun.

Ces derniers, par la voix du président des étudiants section de Porto-Novo et des représentants des jeunes de Dangbo et d’Adjohoun, ont organisé à la maison des jeunes et loisirs de Dangbo, une conférence de presse pour fustiger la détention continue du maire après le jugement rendu, dénoncer les dérives du pouvoir Yayi et demander la libération pure et simple de Clément Gnonlonfoun. Selon le président des étudiants Arnaud Bognon, la fin de la semaine écoulée a coïncidé avec la semaine de la paix, toutefois, des actes posés au cours de cette semaine par les partisans du régime Yayi sont contraires aux idéaux de la paix. Il a rappelé l’incident de la commune de Lalo où le maire a échappé à un lynchage, le cas d’Avrankou où le chef d’arrondissement de Djomon et le chef village de Gbakpo ont également échappé à un lynchage sans compter la situation de Dangbo avec les acharnements politiques dont sont victimes le maire Clément Gnonlonfoun. Pour lui, ce sont les Fcbe qui divisent les familles à Dangbo et la nouvelle trouvaille de l’entourage du chef de l’Etat constitue la déstabilisation des communes non Fcbe. Pour finir, il dira que le maire Gnonlonfoun est victime d’un complot crapuleux orchestré par ses frères conseillers de Dangbo qui lorgnent aveuglement son fauteuil.

{mosgoogle}Il n’a pas oublié la fameuse lettre adressée au ministre de la décentralisation par les dissidents du maire. Il sera appuyé dans ses propos par le représentant des jeunes de Dangbo Moise Adjahi et celui d’Adjohoun Delphin Aholou qui ont martelé que le maire n’a jamais détourné des fonds car on parle de détournement lorsque des fonds disparaissent, ce qui n’est pas le cas. Pour eux, le maire est victime de la haine et de la méchanceté de ses détracteurs. Au terme de leur déclaration, les conférenciers et certains jeunes ont rendu visite au maire Clément Gnonlonfoun à la prison civile de Porto-Novo où il est détenu.

Ismail Kèko