La Nouvelle Tribune

Affaire Cen-sad

Espace membre

François Noudégbessi réintègre le gouvernement

(Haro sur la communication gouvernementale )
Le ministre de l’urbanisme François Noudégbessi, relevé provisoirement de ses fonctionnements afin de se mettre à la disposition de la commission Pognon dans le cadre de l’affaire Cen-sad, a té réintégré hier au gouvernement.

La nouvelle a été annoncée par une chaîne de télévision privée. Interrogées, plusieurs personnes de son entourage ont confirmé la décision. Toutefois, le doute a persisté du fait de la manière peu indiquée par laquelle l’information a été diffusée.

En effet, c’est par bande annonce que les Béninois ont appris la nouvelle.  Toute chose qui ne fait pas sérieux. Car, n’ayant aucun caractère officiel. On ne comprend pas que le gouvernement ait un porte-parole et qu’il ne puisse annoncer de manière solennelle une information d’une telle envergure. Une conférence de presse ou un point de presse aurait suffit. Dans le même temps, il y a un secrétaire de gouvernement. Sous d’autres cieux, il est habilité à porter la parole du gouvernement sur des sujets aussi sérieux. Mais, ce n’est pas le cas avec le gouvernement du changement.  Le président s’est aussi doté d’un porte-parole. Et pourtant, c’est par bande annonce que des informations officielles sont livrées à la population. Une manière de faire qui n’honore guère le gouvernement. Car, seulement confirme le manque d’expérience et l’amateurisme dont il est accusé. 

{mosgoogle} Mieux, on pourrait penser à un manque de considération au peuple béninois à qui on livre des informations qui leur revient de manière « clandestine ». Le gouvernement a à sa disposition la télévision et la radio nationale qui sont des canaux par lesquels il peut relayer ses informations. Mais alors, pourquoi a-t-il recours à une bande annonce qui ne précise pas la source de l’information ? Toute qui ne rend pas crédible l’information et le gouvernement. D’autre part, on ne saurait mettre en doute la qualité de ceux qui ont à charge la communication du gouvernement. Mais, on se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas bien dans le système.

Benoît Mètonou