La Nouvelle Tribune

Après avoir été auditionné par le procureur

Espace membre

Le maire de Dangbo et son C/saf envoyés en prison

Après 96 heures de garde à vue, le maire de Dangbo Clément Gnonlonfoun et son chef service des affaires financières ont été auditionnés pour une dernière fois hier par le procureur du tribunal de première instance de Porto-Novo.

Plusieurs heures d’interrogations et de suspens n’ont pas suffi pour convaincre le procureur. Finalement, le maire Clément Gnonlonfoun et son C/Saf ont été mis sous mandat de dépôt par le procureur. Ce fût une grande consternation dans le rang des conseillers qui lui sont encore favorables et également au sein des membres de sa famille qui ont fait depuis ce matin le pied de grue au tribunal de Porto-Novo. Ce n’est qu’aux environs de 19 heures que la sentence a été prononcée et il a été décidé que les deux personnalités soient envoyées en prison. Quelques minutes plus tard, ils ont été convoyés vers un véhicule Pick up de la gendarmerie, tous les deux menottés. La voiture s’est alors ébranlée vers la prison civile. Rappelons que le maire Clément Gnonlonfoun et son chef service des affaires financières ont été auditionnés le lundi dernier à la brigade de gendarmerie de Porto-Novo. Ils devraient être présentés le lendemain dernier au procureur du tribunal de première instance de Porto-Novo, mais ce n’est que le mercredi qu’ils ont été auditionnés par le procureur intérimaire Marie Josée Patinvoh. C’est hier que le procureur lui-même les a auditionnés avant de rendre sa décision. Le maire Clément Gnonlonfoun et son C/saf seraient coupables d’un détournement de deux millions six cent quarante mille FCFA qui devraient servir pour l’achat de 33 tonnes de ciment. Cette situation a été relevée en son temps par une dizaine de conseillers aussi bien de la Fcbe, de l’Utd que du Prd. Ce qui faisait au total 12 conseillers avec un conseiller indépendant. L’idée de destitution a été longuement brandie mais au finish, les conseillers dissidents n’ont pas pu recueillir les 12 voix qu’il faut pour enclencher le vote de déviance. Puisque, 2 conseillers se sont finalement retirés et il ne restait que 10 conseillers. Cette initiative a été alors renvoyée aux calendes grecques et ce n’est que quelques jours plus tard que des conseillers Fcbe ont écrit au ministre en charge de la décentralisation pour lui notifier cette affaire de détournement. Selon les informations recueillies des sources proches des conseillers communaux de Dangbo, le ministre de la décentralisation aurait instruit son collègue de la justice afin que le dossier soit remis à la justice.

{mosgoogle} Ce qui fut fait et voilà le maire et son C/saf aujourd’hui derrière les barreaux. Quel sera alors le sort réservé au fauteuil du maire arrêté ? Sera-t-il remplacé par un autre maire ? Quelle sera l’attitude du préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau François Houessou ? Que disent les textes de la décentralisation ? Dans tous les cas, les regards sont aujourd’hui tournés vers le conseil communal de Dangbo pour savoir l’attitude qui sera adoptée par le conseil communal.

Ismail Kèko