La Nouvelle Tribune

Démission des représentants des G et F au sein de la Cps-Lépi

Espace membre

Menace sur les élections

Le processus de réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) serait dangereusement menacé. Des démarches suspectes se mèneraient vers le pouvoir par le superviseur général de la Cps. C’est pour voir clair dans cette situation et mettre le superviseur devant le fait accompli que les députés membres de la Commission politique de supervision (Cps) ont déposé la semaine dernière le tablier.

En effet, les représentants au sein de cette structure politique chargée de la réalisation de la liste électorale permanente informatisée (Lépi) auraient fait parvenir le jeudi dernier, leur lettre de démission au coordonnateur national de la Cps Epiphane Quenum. Ils lui reprocheraient d’une part, une gestion solitaire et catastrophique de cette structure chargée de mettre en place la Lépi et d’autre part d’avoir des accointances avec l’entourage du pouvoir en place sans pour autant consulter le reste des membres de cette structure. Des rencontres secrètes s’organiseraient même par le coordonnateur de la Cps avec l’entourage du Chef de l’Etat. Une situation mal accueillie par les autres membres de la Cps, notamment ceux affiliés à l’intergroupe G et F. On apprend également dans les coulisses que d’autres membres vont déposer aussi leur démission dans les prochains jours. Face à cette situation de crise et de méfiance à l’égard du superviseur général de la Cps, il importe de dire que la Lépi est dangereusement menacée et beaucoup s’interrogent déjà sur l’issue de cette crise politique qui peut dans les tout prochains jours entacher la crédibilité des responsables de la Cps. On se rappelle que le superviseur général de la Cps Epiphane Quenum serait soupçonné le mercredi dernier de tenir des rencontres nocturnes avec des députés des Fcbe et pour des raisons qu’on ignore encore.

{mosgoogle}Mais des rumeurs persistantes feraient état de ce que des choses se trament dans les coulisses contre la Lépi. La démission enregistrée des représentants des G et F augure déjà des relations tendues qui existent entre les membres de cette structure. Bien que le superviseur général de la Cps soit membre de la Renaissance du Bénin, son parti affilié à l’intergroupe G et F a également adhéré à ce mécontentement collectif. C’est dire qu’il y a un véritable malaise au sein de la Cps et de surcroît entre les responsables de la Renaissance du Bénin et le superviseur général Epiphane Quenum.

Ismail Kèko