La Nouvelle Tribune

Rencontre nocturne secrète Epiphane Quenum et ténors FCBE

Espace membre

Des choses se trament sur le dos du peuple et de la Rb

Mercredi dernier, aux environs de 23 heures, Epiphane Quenum, renaissant jusqu’aux bouts des ongles était en compagnie de certains ténors de la mouvance au pouvoir. Ils ont été aperçus en pleines tractations au ministère de la réforme administrative et institutionnelle, non loin du Palais de la Marina et derrière le Camp Ghézo à Cotonou.

Le fait pouvait être banalisé si l’attitude du député RB ainsi que les circonstances politiques actuelles n’étaient pas des plus préoccupantes. En effet, c’est aux pas de charge que le superviseur général de la Commission politique de Supervison de la Liste électorale permanente informatisée (Cps-Lépi), couvert par son garde-de-corps a rejoint son véhicule à sa sortie du minsistère. Comme rasant le mur, de retour de chez un «deuxième bureau» avec des coups d’oeil furtifs jetés aux alentours, le député aux cheveux grisonnants couleur kapok a surpris tant les passants que les riverains qui ont observé la scène. Surtout qu’une trentaine de minutes plutôt, ses collègues députés Sylvain Zohoun et Chabi Sika (mouvance au pouvoir) ont surgi du Codiam, un établissement d’en face, pour rejoindre le ministère de la Réforme institutionnelle où Epihane Quenum  (RB) était en concertation avec d’autres éléments FCBE.  Dès lors, on ne peut s’empêcher de s’interroger. Qu’est ce que le député Rb a pu aller faire avec les ténors de la mouvance présidentielle à parielle heure. Pourquoi s’est-il mis à épier le voisinage avant de s’engouffrer dans sa 4x4?

Bien qu’étant de l’opposition, on ne peut l’empêcher d’avoir des contacts avec d’autres membres de la classe politique. Mais, quand on sait qu’il pesait déjà sur lui, depuis quelques temps, des soupçons de trahison vis-à-vis de son parti, il y a de quoi être interloqué. A l’occasion du vote du budget exercice 2009 en fin de l’année dernière, ce fils de Ouidah a été étiquetté comme fricotant avec le pouvoir en place à l’insu de sa formation politique. D’autres l’ont entretemps annoncé à Parakou à une rencontre incognito avec le chef de l’Etat. Galiou Soglo, un autre membre de la Renaissance du Bénin siégeant au gouvernement contre l’avis de son parti n’a pas manqué de dire qu’il ne voyait aucun mal à ce que Epiphane Quenum vienne l’y rejoindre. Au vu de tout cela, on se demande si ce n’est pas l’imminence de la formation d’un nouveau gouvernement qui fait raser le mur à l’honorable député. L’homme serait-il en train de négocier son entrée au gouvernement?

{mosgoogle}D’un autre côté, c’est beaucoup plus une inquiétude soulevée par l’un des observateurs de la scène du mercredi dernier. En tant que président de la Cps-Lépi, avait-il le droit à de pareilles virées nocturnes et en de  telles compagnies? Nul n’ignore les enjeux que constitue la Lépi pour les élections à venir surtout celles (législatives et présidentielle) de 2011. Par conséquent, Ceux qui sont en charge de cet outil important et délicat devraient se mettre à l’abri de tout soupçon. Ce que cette escapde nocturne du président de l’organe ayant en charge son établissement n’offre guère.

B. M.