La Nouvelle Tribune

Santé maternelle

Espace membre

Les risques d’une  gratuité  mal conçue de la césarienne  
En décidant il y a peu, de rendre gratuite la césarienne dans les hôpitaux publics du Bénin, le gouvernement du Dr Boni Yayi s’en va résoudre, sans doute, un grand problème  de santé publique au Bénin. Mais  cette mesure salutaire pourrait créer  de nouveaux problèmes, si  elle n’est pas bien pensée, selon des professionnels  de la santé.

«  C’est un beau geste », s’exclame les uns. « Cette mesure est très humanitaire », se réjouissent les autres. La nouvelle a été annoncée il y a peu : le gouvernement du Dr Boni Yayi  rendra  gratuite dans un court délai la prestation de la césarienne dans les hôpitaux et autres établissements sanitaires relavant du secteur public. La césarienne est  en effet, une technique chirurgicale pratiquée pour sortir un bébé du ventre de sa maman, lorsqu’un accouchement est impossible par les voies basses naturelles.  Au Bénin, toute ne se passe pas toujours bien avec  les  femmes enceintes qui sont contraintes à passer cette douloureuse épreuve, une fois à terme. La peur  de perdre, et la mère  et l’enfant, ajoutée au coût exorbitant de la prestation arrachent le sommeil à beaucoup de familles.
 Selon les explications des  gynécologues, la césarienne est bien complexe, tant les cas présentés variant d’une pathologie à une autre. Ainsi,  la mère peut  présenter une pathologie locale mécanique comme un fibrome utérin ou un placenta mal placé ou encore une pathologie fonctionnelle avec par exemple un col qui ne s’ouvre pas bien : toutes  choses qui  ne permettent pas au bébé de naître par le  chemin naturel.  Elle  peut  également présenter une pathologie générale qui l’empêche d’accoucher normalement, soit parce qu’elle est trop fatiguée pour supporter un accouchement par voie basse, ou une pathologie cardiaque par exemple qui contre-indique un accouchement normal.
Pire, le bébé peut aussi être responsable d’une césarienne soit parce qu’il est dans une mauvaise position (en siège par exemple) ou trop gros pour les dimensions du bassin de la maman, soit il présente une souffrance fœtale (le sang n’arrive pas bien et le bébé est mal oxygéné) ; la naissance de jumeaux peut s’avérer périlleuse et une césarienne pourra être programmée.
 En rendant gratuite  cette opération que craint toute jeune femme à sa première grossesse, le souci du  gouvernement béninois, est entre autres  de réduire le taux de mortalité maternelle dans le pays. Selon les résultats de la troisième édition de l’enquête démographique et de santé, réalisée en décembre 2006 par l’Institut national pour la statistique et l’analyse économique (Insae), le taux de mortalité maternelle est estimée à 397 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes sur la période 1999-2006..  Il  est également question  de  soutenir les  familles béninoises qui y englobent  beaucoup de fonds
Il est apparu que la césarienne a un coût direct élevé qui est de 126.128 FCFA en moyenne  au bénin, montant qui n’est souvent pas à la portée des plus pauvres et est source de dérives dans certains hôpitaux et de désagréments pour les familles. D’où cet  effort national de solidarité à l’endroit des populations les plus vulnérables de la part de l’exécutif béninois.
 Reste que les modalités de mise en œuvre de cette mesure sociale  ne sont encore précisées ; un délai de 4 mois environ est  donné  par le Chef de l’Etat au ministre de la santé pour ce faire indiqué.
 Si les praticiens hospitaliers trouvent que l’idée est « excellente », Ils  se préoccupent  cependant  des conditions de sa mise en application  dans le contexte actuel du système sanitaire béninois toujours miné par toutes sortes de maux : vétusté du matériel, lourdeur administrative, insuffisance du personnel, manque de motivations, etc. Autant de problèmes  qui, demeurant non résolus, pourraient  porter entorse à  une bonne application de cette mesure. Ils s’inquiètent surtout du fait qu’elle soit objet d’une précipitation inqualifiable, comme l’ a été la gratuité des  frais de scolarité, qui    « trop hâtive » a généré d’autres problèmes graves à l’école béninoise.

Christian Tchanou